Happy Beer Time https://www.happybeertime.com brasseurs d'actualité pour les amoureux de la bière artisanale Thu, 18 May 2017 20:10:16 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=4.7.4 Rendez-vous en terres Est Africaines : une brasserie pour l’insertion des femmes au Rwanda (ep. 3/3) https://www.happybeertime.com/blog/2017/05/14/rendez-terres-africaines-n3-brasserie-linsertion-femmes-rwanda/ https://www.happybeertime.com/blog/2017/05/14/rendez-terres-africaines-n3-brasserie-linsertion-femmes-rwanda/#respond Sun, 14 May 2017 11:35:18 +0000 https://www.happybeertime.com/?p=24474 Dernier épisode de notre saga africaine de l’est. Épisode 1 : la bière, meilleure que l’eau ! Épisode 2 : La bière à la banane du Rwanda-Burundi, tradition sociale tribale de l’Urwagwa Épisode 3 : Une brasserie pour l’insertion des femmes au Rwanda L’Afrique de l’Est est donc une belle destination pour les aventuriers de la bulle zytologique. […]


]]>
Dernier épisode de notre saga africaine de l’est.

L’Afrique de l’Est est donc une belle destination pour les aventuriers de la bulle zytologique. Vous trouverez beaucoup d’initiatives de brassage locales non-marchandes aussi surprenantes qu’intrépides et vos découvertes en la matière iront de symphonie avec la découverte de ce continent.

The Rwanda Craft Brewery Project

J’aimerai pour ma part vous faire découvrir ce projet de Joséphine « Fina » Uwineza de Kigali (Rwanda), qui après une carrière dans la restauration a voulu créer un business brassicole social et a ainsi développé la première brasserie artisanale à logique marchande mais détenue et gérée localement pour le bénéfice des communautés locales et notamment féminines et rurales.

Joséphine souhaite par le développement de son activité, créer le plus d’emplois possible socialement responsables et amener ainsi sa pierre à l’édifice dans le recouvrement de l’économie Rwandaise avec la guerre civile en même temps que de l’action en faveur de l’activité économique des femmes. Elle cherche en particulier à créer un écho économique positif de son activité brassicole sur les communautés rurales sur lesquelles elle repose.

En effet, vingt ans après le génocide Rwandais, les femmes ont émergé comme la force vive reconstructrice de la nation pour créer de l’emploi. Le Rwanda a ainsi été élu « Meilleur pays en Afrique pour les femmes » selon le rapport mondial sur l’égalité homme/femme, et classé 6e mondialement en termes de fossé homme/femme.

Avec l’équipe de la brasserie Canadienne « Beau’s All Natural Brewery » comme sponsor et mentor, Joséphine a lancé un crowd-funding en septembre 2016 pour mettre en place ses opérations d’embouteillage. Elle a, par ailleurs, réussi à obtenir un don de l’entreprise Canadienne Newland Systems Inc, dont les employés construiront volontairement les équipements, par le biais de leur fondation d’entreprise et de leur stratégie de responsabilité sociétale.

Le but est de fabriquer une bière goûtue, riche du plus grand nombre d’ingrédients locaux possibles, pour que les bénéfices économiques aillent au maximum à la chaine de valeur locale. Les possibilités incluent le sorgho, le millet, la banana, le café et le cassava (manioc). Les épices locales sont aussi étudiées et Joséphine considère sérieusement la possibilité et faisabilité de culture de houblon dans la région. Comme le cassava, l’orge n’est pas une source de céréale typique dans la région. Il est également envisagé de développer une économie dérivée des ingrédients de brasserie, positionnant le Rwanda comme potentiel fournisseur du reste de l’Afrique.

Retrouvez les épisodes précédents :

 

Plus d’infos

]]>
https://www.happybeertime.com/blog/2017/05/14/rendez-terres-africaines-n3-brasserie-linsertion-femmes-rwanda/feed/ 0
AB Inbev et le houblon : Une stratégie d’intégration verticale https://www.happybeertime.com/blog/2017/05/11/ab-inbev-houblon-strategie-dintegration-verticale/ https://www.happybeertime.com/blog/2017/05/11/ab-inbev-houblon-strategie-dintegration-verticale/#comments Thu, 11 May 2017 16:19:57 +0000 https://www.happybeertime.com/?p=24710 Même si rien n’a été annoncé officiellement, la rumeur court vite, et persiste. AB Inbev (ABI) aurait décidé de ne pas revendre le houblon qu’elle produit en Afrique du Sud. Rappel du contexte Tout le monde se souvient de la vaste concentration entre ABI et SAB Miller. A cette occasion, ABI avait non seulement racheté le portefeuille […]


]]>
Même si rien n’a été annoncé officiellement, la rumeur court vite, et persiste. AB Inbev (ABI) aurait décidé de ne pas revendre le houblon qu’elle produit en Afrique du Sud.

Rappel du contexte

Tout le monde se souvient de la vaste concentration entre ABI et SAB Miller. A cette occasion, ABI avait non seulement racheté le portefeuille de marques de SAB Miller (dont elle a dû céder une grande partie afin d’obtenir le feu vert des autorités de concurrence), mais a aussi acquis certaines filiales de SAB Miller, dont SAB Hop Farms (SABHF).

SABHF est une société sud-africaine spécialisée dans le développement de houblons expérimentaux. Jusqu’à présent, elle vendait le houblon produit, notamment à l’international. Cela a ainsi permis à certains brasseurs américains d’en profiter.

Or, certains de ces brasseurs (dont Proclamation Ale Company) ont annoncé que SABHF refusait maintenant de leur vendre leur houblon. Il apparait que ABI a décidé de réserver le houblon produit pour ses propres brasseries (dont certainement les brasseries “craft” récemment rachetées). Outre l’indignation qu’emporte ce genre de projet, certaines questions peuvent être posées.

Des effets verticaux ?

Cette annonce montre une stratégie d’intégration verticale d’ABI. Lors de la concentration ABI/SAB Miller, la plupart des débats ont porté sur les effets horizontaux, c’est-à-dire, schématiquement, sur l’accumulation de parts de marché par ABI sur les différents marchés nationaux des bières. En revanche, les effets verticaux avaient été le plus souvent oubliés du débat.

L’on entend par effets verticaux la possibilité pour un acteur, présent sur deux marchés (l’un en amont de la production, comme le houblon, l’autre en aval, comme la bière), et ayant une forte part de marché sur l’un de ces deux marchés, d’empêcher l’accès des concurrents aux produits du marché sur lequel il détient une position importante. Dans le cas d’ABI, cela signifierait que

Cette question a certainement été analysé par les autorités de concurrence. On attend toujours que la Commission européenne publie sa décision pour aller étudier cela. Ce risque a sans doute été évacué car il aura été considéré que le marché du houblon était très large.

Cependant, cette analyse se heurte, à mon sens, à la réalité du marché du houblon, qui est un marché fortement segmenté, et très innovant.

Un frein à l’innovation

La principale cause d’indignation des brasseurs concernées par cette nouvelle politique d’ABI n’est pas de ne pas avoir accès à du houblon, mais de ne pas avoir accès aux houblons de SABHF. Cette dernière a développé plusieurs variétés spécifiques (voir sur leur site internet). Ainsi, en restreignant l’accès à ces variétés de houblon, ABI va effectivement freiner l’innovation des brasseurs, et réserver cette innovation à ses propres filiales.

Cela pose deux questions.

En premier lieu, celui de la définition du marché du houblon. Ne faudrait-il pas segmenter selon l’espèce, ou selon les propriétés du houblon (taux d’acides alpha et d’huiles essentielles, etc.) ?

En second lieu, cela repose la question de la monopolisation du vivant par le droit de la propriété intellectuelle. Si l’accès est retreint par ABI, c’est que le droit de cultiver ces variétés n’appartient qu’à SABHF.

Sur ce, je vous laisse vous écharper dans les commentaires !

]]>
https://www.happybeertime.com/blog/2017/05/11/ab-inbev-houblon-strategie-dintegration-verticale/feed/ 5
La bière à la banane du Rwanda-Burundi, tradition sociale tribale de l’Urwagwa (ep. 2/3) https://www.happybeertime.com/blog/2017/05/07/rendez-terres-africaines-n2-tradition-sociale-tribale-de-lurwagwa-biere-a-banane-rwanda-burundi/ https://www.happybeertime.com/blog/2017/05/07/rendez-terres-africaines-n2-tradition-sociale-tribale-de-lurwagwa-biere-a-banane-rwanda-burundi/#respond Sun, 07 May 2017 17:00:15 +0000 https://www.happybeertime.com/?p=24449 Deuxième épisode d’une série de 3 publications « rendez-vous en terres africaines, à la découverte des bières locales ». Épisode 1 : la bière, meilleure que l’eau ! Épisode 2 : La bière à la banane du Rwanda-Burundi, tradition sociale tribale de l’Urwagwa Épisode 3 : Une brasserie pour l’insertion des femmes au Rwanda La bière à la […]


]]>
Deuxième épisode d’une série de 3 publications « rendez-vous en terres africaines, à la découverte des bières locales ».

La bière à la banane, un liant social aujourd’hui prohibé

Comme partout en Afrique, les Rwandais et Burundais ont une notion de partage particulièrement aiguisée (qui s’est malheureusement perdue en revanche dans notre développement économique d’occidentaux). La politesse veut que lorsque vous achetez une banane, vous en donniez à tout le monde (on ne s’ennuiera alors pas des convenances du « s’il te plait / merci »).

 

La Bière à la banane traditionnelle, bien que de moins en moins répandue car officiellement interdite à la vente au Rwanda (hygiène quand tu nous tiens…) est tout de même encore produite par les femmes des ménages et a une fonction sociale : lors de visites ou cérémonies, on la consomme ensemble dans une même calebasse appelée igicuma.

La vente continue mais de façon cachée car sinon les bouteilles se voient renversées par terre par les autorités. Le problème avec la « bière de banane » (qui sera à certains moments appelée aussi « vin de banane ») est qu’il est très compliqué de le maintenir dans des conditions de conservation optimales très longtemps. Un « vin de banane » de 12° avait été industrialisé par l’OVIBAR (Office de Valorisation Industrielle de la Banane au Rwanda) près de Kigali, mais a reçu peu de succès. Aujourd’hui, des initiatives de ce type perdurent à petite échelle, en complément de la production personnelle des ménages et se vendent dans les petites échoppes-cafés, où les consommateurs s’enivrent lors des happy hours locales.

La cave à bière du village de Muramvya, Burundi

Comprendre le mot “vin” par “Bière” à la banane…

Ambiance Happy hour à la case de Muramvya, Burundi

 

Bière à la banane : Mousse qui peut !

Qu’appelle-t-on exactement « bière à la banane » au Rwanda-Burundi ? Eh bien, il s’agit d’une potion alcoolique fermentée de bananes écrasées à laquelle a été ajoutée une farine de sorghum comme source de levure sauvage.

Mon point de vue de beermen sur la « bière à la banane »

De mon point de vue, m’attendant naïvement à ce que notre palais soit lyriquement surpris par des notes boisées de la foret ou des effluves sèches de banane, mes acolytes occidentaux sont plutôt restés bouche bée face à l’acidité de la boisson, peu pétillante, très sucrée, à la consistance pâteuse-pulpeuse épaisse plutôt laborieuse pour la langue.

Une bouteille plus tard, vos neurones jouent du tam-tam et vous pouvez oublier toute logique ou pensée structurée pour vous abandonner lascivement (ou laxativement ?) à la folie pure.

La fabrication de la bière à la banane

Mais comment est fabriquée cette « bière à la banane » parfois appelée aussi localement « vin à la banane » ?

La bière à la banane du Rwanda Burundi est une boisson qui n’a pas vraiment de pourcentage d’alcool fixe et dépendra de la quantité ou qualité des bananes composant le mélange.

Un régime de banane est coupé et couvert pendant 2/3 jours avec des feuilles de bananes sur un foyer près de la maison

Un feu est allumé en dessous du régime pendant 3 jours

Le fruit est pelé et écrasé pour être dilué à un peu d’eau.

La pulpe est pressée puis le jus filtré

La bière à la banane peut être sirotée

 

Retrouvez la suite de mes aventures en Afrique de l’Est dans les 2 autres numéros de “Rendez-vous en terres Est-Africaines” :

]]>
https://www.happybeertime.com/blog/2017/05/07/rendez-terres-africaines-n2-tradition-sociale-tribale-de-lurwagwa-biere-a-banane-rwanda-burundi/feed/ 0
Choc: Lidl a lancé une Abbaye de Vauclair IPA ! https://www.happybeertime.com/blog/2017/05/05/choc-lidl-a-lance-abbaye-de-vauclair-ipa/ https://www.happybeertime.com/blog/2017/05/05/choc-lidl-a-lance-abbaye-de-vauclair-ipa/#respond Fri, 05 May 2017 16:02:03 +0000 https://www.happybeertime.com/?p=24533 C’est la nouvelle choquante du jour, Lidl vient de lancer une India Pale Ale ou plutôt – pourrait-on dire – sa propre interprétation du style. L’Abbaye de Vauclair IPA est donc née. Après la Leffe IPA, Lidl se lance Décidément les industriels aiment de plus en plus se saisir du vieux style brassicole anglais. Après […]


]]>
C’est la nouvelle choquante du jour, Lidl vient de lancer une India Pale Ale ou plutôt – pourrait-on dire – sa propre interprétation du style. L’Abbaye de Vauclair IPA est donc née.

Après la Leffe IPA, Lidl se lance

Décidément les industriels aiment de plus en plus se saisir du vieux style brassicole anglais. Après Leffe qui avait sorti sa Leffe IPA en Mars 2015, voici que la tendance débarque désormais dans les supermarchés hard discount. Dans les rayons de Lidl, les consommateurs ont vu fleurir l’Abbaye de Vauclair IPA depuis le 26 Avril 2017. Pour rappel, l’Abbaye de Vauclair est la Marque De Distributeur (MDD) de Lidl. Cette bière est produite chez les Brasseurs de Gayant producteur de la Goudale.

Reste à savoir si cette bière sera disponible tout le temps ou si elle ne le sera que pendant l’opération de Foire à la bière.

Lidl IPA, ça goûte quoi ?

Côté goût, il semblerait que cette petite nouvelle ne soit qu’une variante plus houblonnée de l’Abbaye de Vauclair classique. Une ambrée aux arômes de caramel, sucrée, épicée avec plus de houblon et donc des arômes plus herbeux. Il semblerait qu’un soupçon d’arômes d’agrumes se fasse sentir. Vous l’aurez compris, nous sommes loin d’une American IPA, style incarnant la révolution brassicole avec ses arômes fruités exotiques. Pourtant, il semblerait bien que la bière utilise des houblons américains d’après l’étiquette. La bière titre à 7% d’alcool, ce qui est plutôt logique pour le style.

L’IPA à la sauce industrielle risque de donner un mauvais aperçu du style aux nouveaux testeurs. A moins qu’au contraire, ceci n’introduise finalement les dégustateurs vers les joies des bonnes India Pale Ales et indirectement vers des bières plus artisanales.

Que pensez-vous : bonne ou mauvaise nouvelle pour les microbrasseries cette Lidl IPA ? Ce sera avec ou sans picon pour vous ? 

Image à la une : hans K. sur Untappd

]]>
https://www.happybeertime.com/blog/2017/05/05/choc-lidl-a-lance-abbaye-de-vauclair-ipa/feed/ 0
Wicked Weed racheté par AB InBev https://www.happybeertime.com/blog/2017/05/03/wicked-weed-rachete-ab-inbev/ https://www.happybeertime.com/blog/2017/05/03/wicked-weed-rachete-ab-inbev/#respond Wed, 03 May 2017 16:14:44 +0000 https://www.happybeertime.com/?p=24508 C’est la petite actualité du jour avec le rachat d’une célèbre microbrasserie américaine de Caroline du Nord, à savoir Wicked Weed par le géant brassicole belgo-brésilien AB InBev. La petite ville d’Asheville est sous le choc ! La brasserie a démarré en tant que Brewpub à Asheville avant de s’étendre en créant notamment leur célèbre […]


]]>
C’est la petite actualité du jour avec le rachat d’une célèbre microbrasserie américaine de Caroline du Nord, à savoir Wicked Weed par le géant brassicole belgo-brésilien AB InBev. La petite ville d’Asheville est sous le choc !

La brasserie a démarré en tant que Brewpub à Asheville avant de s’étendre en créant notamment leur célèbre ‘Funkatorium’, espace de vieillissement de bière en fût de chêne. La brasserie est notamment connue pour ses sour ales, bières acides. Elle avait notamment été récompensée de plusieurs médailles à la dernière World Beer Cup dans les catégories ‘Bières à la Brett’ et ‘Bière acide Belge’. Elle dispose aujourd’hui de 4 unités de production où se répartissent ses 200 employés.

Wicked Weed rejoint la famille des microbrasseries américaines appartenant à la branche ‘High End’ du groupe InBev après Goose Island, Blue Point, 10 Barrels, Elysian, Four Peaks, Golden Road et  Breckenridge. Sans compter la méga fusion avec SAB Miller.

Que pensez-vous de cette dernière acquisition américaine ? La conquête des états pas le géant industriel avance pas à pas.

]]>
https://www.happybeertime.com/blog/2017/05/03/wicked-weed-rachete-ab-inbev/feed/ 0
Scientifique: 2 pintes de bières mieux que le Paracétamol contre la douleur ! https://www.happybeertime.com/blog/2017/05/01/scientifique-2-pintes-de-bieres-mieux-quun-paracetamol-contre-la-douleur/ https://www.happybeertime.com/blog/2017/05/01/scientifique-2-pintes-de-bieres-mieux-quun-paracetamol-contre-la-douleur/#respond Mon, 01 May 2017 11:01:28 +0000 https://www.happybeertime.com/?p=24498 D’après les chercheurs de l’Université de Greenwich à Londres, boire de l’alcool aiderait à réduire la douleur de façon plus efficace que de prendre un paracétamol. Il est important de noter que cette étude ne se penchait que sur les effets à court terme de l’alcool. Pour réduire la peine, boire de l’alcool serait plus […]


]]>
D’après les chercheurs de l’Université de Greenwich à Londres, boire de l’alcool aiderait à réduire la douleur de façon plus efficace que de prendre un paracétamol.

Il est important de noter que cette étude ne se penchait que sur les effets à court terme de l’alcool. Pour réduire la peine, boire de l’alcool serait plus efficace que la prise de paracétamol. L’inconfort serait réduit d’un quart pour une diminution moyenne à élevé de la douleur.

L’alcool serait un antalgique efficace cliniquement contre la douleur en dépit de ses effets néfastes à long terme. L’étude, qui ne se porte pas spécifiquement sur la bière mais sur l’alcool en général, précise qu’il faut augmenter notre taux d’alcool dans le sang de 0,08% pour ressentir ses effets relaxants.

En revanche, l’étude ne précise pas si la douleur est réduite par un effet direct sur les récepteurs cérébraux ou si la diminution de l’anxiété a pour résultat une baisse de la sensation de douleur. L’étude ne précise pas non plus quel type de douleur serait le mieux soulagé par l’alcool.

D’après le Dr Trevor Thompson, l’effet de l’alcool sur la douleur peut être comparé à celui de médicaments tels que la codéine, version plus forte que le paracétamol. Si les effets à longs termes peuvent être dévastateurs, on pourrait imaginer réduire la peine de certaines maladies incurables à l’aide d’un traitement à la bière, au vin ou au rhum.

Pour rappel, le gouvernement britannique recommande une consommation maximale de 14 unités d’alcool par semaine pour les femmes et les hommes. Ceci équivaut à 6 pintes de bières ou bien 6 grands verres de vin de 17,5 cl. Etant donné que la pinte anglaise est un peu plus grande que la pinte française (56,7 cl.), le gouvernement anglais recommande une consommation hebdomadaire maximale de 1 pinte française (50 cl.) par jour.

Que pensez-vous de cette nouvelle étude scientifique ? Aviez-vous déjà remarqué les effets positifs de l’alcool contre la douleur ?

Source : Journal of Pain

]]>
https://www.happybeertime.com/blog/2017/05/01/scientifique-2-pintes-de-bieres-mieux-quun-paracetamol-contre-la-douleur/feed/ 0
Rendez-vous en terres Est Africaines : la bière, meilleure que l’eau ! (ep. 1/3) https://www.happybeertime.com/blog/2017/04/30/rendez-terres-africaines-n1-biere-meilleure-leau/ https://www.happybeertime.com/blog/2017/04/30/rendez-terres-africaines-n1-biere-meilleure-leau/#comments Sun, 30 Apr 2017 13:51:37 +0000 https://www.happybeertime.com/?p=24440 Premier épisode d’une série de 3 publications « rendez-vous en terres africaines, à la découverte des bières locales ». Épisode 1 : la bière, meilleure que l’eau ! Épisode 2 : La bière à la banane du Rwanda-Burundi, tradition sociale tribale de l’Urwagwa Épisode 3 : Une brasserie pour l’insertion des femmes au Rwanda L’Afrique de l’Est : […]


]]>
Premier épisode d’une série de 3 publications « rendez-vous en terres africaines, à la découverte des bières locales ».

L’Afrique de l’Est : Kezako ?

Fermez les yeux… fermez les yeux et pensez « Afrique » : votre esprit sera rapidement transporté dans une terre d’abondance tropicale, dans un univers aussi impitoyable que luxuriant, dans une faune et une flore aussi riche que variée. Un continent vallonné d’innombrables collines, de volcans effervescents, de montagnes majestueuses, de forêt primitive, de sources d’eau surprenantes et de plaines interminables.

C’est au cours d’un voyage impromptu en Afrique de l’Est, que j’ai décidé de partir à la découverte de la bière locale typique du Rwanda et du Burundi. Le Rwanda, il y a encore 20 ans, le pays le plus blessé de l’Afrique, est aujourd’hui un pays en devenir, étonnamment reconstruit. Kigali, la capitale, est terre d’entrepreneurs, surprenante de par son dynamisme, où l’asphalte remplace les pistes. Une capitale chargée d’une promesse à peine murmurée, au monde de la nuit et aux loisirs qui fait boom : restaurants, lounge aux saveurs du monde entier.

Son voisin le Burundi quant à lui, est un pays encore bredouillant, régulièrement sonné par des coups de marteaux politiques et rendant difficile le développement économique du pays et donc l’éclosion d’un secteur économique solide aussi simple que celui de la brasserie.

Deux pays qui embaument les cultures agricoles, céréalières, légumières et fruitières aussi douces que le sucre des bananes et autres espèces exotiques qui poussent et fleurissent dans les endroits les plus insoupçonnés.

C’est dans ce contexte que la culture brassicole s’inscrit, ancrant une longue tradition de « Bière à la banane », dont la notion de « bière » ne se retrouve peut-être que dans l’appellation – vous comprendrez dans pourquoi dans le « Rendez-vous en terres Est Africaines n°2 »-.

Il faut tout de même rappeler que l’agriculture en Afrique, et notamment au Rwanda et Burundi, représente plus de 70% des emplois et constitue le plus gros secteur économique (au contraire de nos pays développés où le secteur manufacturier et des services sont devenus prédominants). S’agissant essentiellement d’une agriculture de subsistance (les récoltes servant à nourrir sa propre famille et ou peut être commercialisée mais à très petite échelle), en général ce sont les femmes qui travaillent au champs en plus de s’occuper de la maison.

Dans les produits cultivés localement au Rwanda et Burundi, on retrouvera principalement : manioc, patate douce, haricot, pois, maïs, banane, sorgho, arachide.

Du peu que j’ai pu apercevoir de la cuisine Rwandaise notamment, la plupart des mets nationaux sont confectionnés sur cette base : ugali (pate à partir de farine de maïs), cassava (à partir de manioc), mantake (à partir de banane plantain), gisafuliya (plat chèvre/poulet en sauce avec bananes), zingalo (tripes en brochettes ou dans des potages), Umutsima (plat de manioc et de maïs), isombe (feuilles de manioc avec aubergines et épinards), mizuzu (plantain frit).

La culture de la bière comme substitut à l’eau

Pour accompagner tous ces délices gastronomiques, notablement peu épicés donc propices à compléter d’une boisson de caractère, la bière occupe une place de choix puisqu’elle est la première denrée consommée dans ces 2 pays, constituant à certains égards un problème de santé nationale puisque trop souvent substituée à l’eau quotidienne. En effet, comme partout où la culture brassicole a émergé, la bière est perçue comme une alternative saine pour l’eau potable, dont la qualité est souvent suspecte (on tombera alors plus facilement malade avec de l’eau que de la bière !).

Au Burundi, mon amie à qui je rendais visite, me racontait être passée à 20min à pied sur les chemins de terre de Muramvya, par un village surnommé par la population « the drunk village ». Pourquoi ? Parce que boire de l’eau est tellement devenu une pratique marginale, qu’à toute heure du jour et de la nuit, les femmes, enfants, hommes ou encore vieillards de la bourgade sont enivrés à la bière de banane.

Véritable boisson nationale et populaire, la bière industrielle s’impose de plus en plus dans la société délaissant les boissons traditionnelles fermentées, en raison de l’occidentalisation et du nouveau rythme de vie des élites. On retrouvera parmi les acteurs industriels en présence à Kigali, les bières de la brasserie BRALIRWA du groupe Heineken (mutzig, primus, Amstell, Guiness, Heineken), qui vaut la peine d’être mentionné ici puisque cette brasserie de 600 employés constitue le plus gros employeur privé du pays, c’est dire ! Cette brasserie de Kigali, alimentée par la rivière Sebeya, se fait le chantre de la production des 2 pays avec ses installations impressionnantes, faisant vivre 35 000 producteurs de sorgho. Depuis 2010, le belge Skol du groupe Unibra est venu s’imposer face à Heineken au Rwanda en reprenant sa brasserie des Milles Collines à Kigali.

Dans les bars de Kigali, vous trouverez peu de bières en pression, et plutôt en bouteille, en raison une nouvelle fois de méfiance dans l’hygiène. Enfin, vous ne vous étonnerez pas que lors de votre commande de bière, le serveur vous demande si vous la souhaitez « chaude ou froide », ce à quoi vous ne manquerez bien sûr pas de répondre que vous la voulez fraîche (à moins que l’un d’entre vous aime particulièrement la bière chaude ?!). Un mystère qui persiste tout de même sur ce penchant culturel rwandais pour la bière pas fraîche…

Évoquer ces acteurs industriels majeur est important puisque les chiffres de consommation sont tout du moins originaux à cet égard : par exemple, le Rwanda est classé 4e en 2015 en Afrique en termes de consommation d’alcool pur avec 9,10L par an et par personne. Si la bière industrielle représente seulement 8% de cette consommation, le reste des 92% est constitué largement par des boissons fermentées faites maisons telles que la bière à la banane (urwagwa), la boisson au miel fermentée (ubuki), la boisson à base de sorghum séché (ikigage).

Retrouvez la suite de mes aventures dans les 2 prochains articles à venir dans les prochaines semaines :

“Rendez-vous en terres Est Africaines n°2 : la tradition sociale tribale de l’Urwagwa, la bière à la banane du Rwanda-Burundi”

“Rendez-vous en terres Est Africaines n°3 : un brasserie pour l’insertion des femmes au Rwanda”

Cet article est le premier d’une série documentaire de trois articles :

]]>
https://www.happybeertime.com/blog/2017/04/30/rendez-terres-africaines-n1-biere-meilleure-leau/feed/ 1
Qu’est-ce qu’une bière blanche ? Tout savoir ! https://www.happybeertime.com/blog/2017/04/25/quest-quune-biere-blanche-savoir/ https://www.happybeertime.com/blog/2017/04/25/quest-quune-biere-blanche-savoir/#comments Tue, 25 Apr 2017 16:09:50 +0000 https://www.happybeertime.com/?p=24428 Lorsqu’on parle des couleurs de la bière, on démarre de la bière blanche pour aller jusqu’à la bière noire. Mais saviez-vous que la blanche est en fait une bière totalement différente de ses sœurs blondes, ambrées brunes, rousses et noires ? Ce que l’on appelle une bière blanche devrait en réalité s’appeler “bière de blé”. […]


]]>
Lorsqu’on parle des couleurs de la bière, on démarre de la bière blanche pour aller jusqu’à la bière noire.
Mais saviez-vous que la blanche est en fait une bière totalement différente de ses sœurs blondes, ambrées brunes, rousses et noires ?

Ce que l’on appelle une bière blanche devrait en réalité s’appeler “bière de blé”. En effet, une bière blanche est une bière qui comporte au minimum 30% de malt de blé. En dessous, on ne considère pas cela comme une bière blanche.

Bière blanche = bière de blé

Les bières sont principalement fabriquées avec du malt d’orge.

Le blé, 2nd céréale la plus utilisée

Pour faire sa bière, il est cependant possible d’utiliser du malt de blé, du malt de seigle ou même d’autres céréales non maltées comme le maïs, l’avoine, le sorgho et bien d’autres. Le malt de blé est le second type de céréales le plus utilisé dans la fabrication des bières. Il est utilisé dans tous les types de bières, de toutes les couleurs et même dans les bières noires. Le malt de blé aide notamment à avoir une belle mousse !

Pourcentage de blé dans une bière de blé

C’est lorsque l’on utilise plus de 30% de malt de blé que l’on commence à considérer une bière comme une bière blanche. Le pourcentage de malt de blé peut monter jusqu’à 80% dans certaines bières allemandes comme celles de la brasserie bavaroise Schneider Weisse. Il serait difficile d’utiliser 100% de malt de blé à cause du fait que le blé ne dispose pas d’écorce. Ce serait très difficile de filtrer la bière, on ferait un gros gâteau.

La bière blanche a un goût unique

Comme on utilise une céréale différente de la plupart des bières, le goût de la bière blanche est unique.

On a souvent une sensation d’acidité plus forte dans les bières blanches, ce qui rend la bière super rafraîchissante pour l’été. Bien qu’il ne s’agisse en fin de compte que d’une sensation puisque la bière blanche n’est pas plus acide que la bière blonde classique.

Les arômes aussi sont différents et la fermentation d’une bière de blé crée souvent des arômes d’agrumes si caractéristique des bières de blé.

Les différents types de bières blanches

Parmi les plus connues, on distingue 4 grandes familles de bières blanches :

  1. La bière blanche belge (Witbier) : est brassée avec de la coriandre, de l’écorce d’orange et du blé cru non malté (marque connue: Hoegaarden, Blanche de Namur)
  2. La bière blanche allemande (Weizen) : il s’agit de toute une famille de bière blanche (weiss-bier) originellement de Bavière qui se distingue par un arôme de banane prononcé créé par la levure. Attention, certaines bières blanches allemandes sont même noires. On les appelle les dunkelweizen (Schneider weisse)
  3. La bière blanche américaine (American Wheat Ale) : contrairement à ses sœurs aux arômes épicées de clou de girofle qui débectent plus d’un amateur de bière classique, la bière blanche américaine dispose d’un goût assez neutre de levure. En revanche, elle utilise des houblons américains très parfumés qui lui confère des arômes de fruits tropicaux divins pour l’été. Elle fait partie des bières que j’adore faire goûter à ceux qui ne pensaient pas aimer la bière (Chainbreaker – Deschutes Brewery)
  4. La bière blanche berlinoise (Berliner Weisse) : on repart en Allemagne mais au Nord pour un style qui fait son retour en force de façon massive, la Berliner Weisse. Elle se distingue pas un faible taux d’alcool (3.5%~) et par une forte acidité venant des bactéries lactiques. Elle est si acide qu’on la coupait traditionnellement avec du sirop (sirop rouge ou vert). C’est la bière idéale en été ou pour les amateurs de citron vert (Berliner Kindl Weisse). Elles est également souvent brassée avec des fruits.

Des bières de blé plus originales

Bien entendu, il existe plein d’autre type de bières blanches, ce n’est qu’une question d’imagination des brasseurs. Parmi les bières blanches les plus déroutantes, on peut notamment la Weizen-Eiscok de Schneider qui s’appelle l’Aventinus est qui est une bière brune chaleureuse à 12%. Attention, on ne sent pas l’alcool ! On peut également citer le vin de blé (la brasserie artisanale BHB en brasse un excellent) qui est également une bière de blé très forte en alcool et liquoreuse.

Mais ce n’est pas tout, il existe aussi parmi les bières traditions des bières salées appelées Gose. Ce sont des bières blanches acides de la famille des Berliner Weisse fabriquées à base de sel et de coriandre. On peut également citer les Lichtenhainer qui sont elles fumées et acides, très déroutantes !

Enfin, parmi les bières blanches, nous aurions également pu ajouter la grande famille des lambics, des bières de tradition belge réalisées grâce à la fermentation spontanée. Nous avions d’ailleurs réalisé un gros dossier sur cette famille précédemment.

D’où vient la confusion bière blanche / bière de blé ?

Alors là, c’est un mystère pour moi. Peut-être d’une mauvaise traduction de l’allemand où l’on appelle communément ce type de bière :

  • Weissbier : tandis que le mot weiss veut dire “blanche”
  • Weizenbier : tandis que le mot weizen veut dire “blé”

Pourtant les weizenbier sont souvent loin d’être blanche tout le temps. Bien que la bière sans ajout de malt torréfiée soit évidement plus blanche qu’une bière 100% orge qui sera blonde.

Voilà pour aujourd’hui les beerfriends, je vous laisse avec une veille dégustation d’une bière blanche noire réalisée il y a quelques années :

]]>
https://www.happybeertime.com/blog/2017/04/25/quest-quune-biere-blanche-savoir/feed/ 6
Brasser une bière avec des fruits ! Comment faire ? https://www.happybeertime.com/blog/2017/04/20/brasser-biere-fruits-faire/ https://www.happybeertime.com/blog/2017/04/20/brasser-biere-fruits-faire/#comments Thu, 20 Apr 2017 15:40:36 +0000 https://www.happybeertime.com/?p=24361 Les bières aux fruits sont une tendance majeure du brassage de bière. Tu veux brasser une bière avec des fruits ? Quelles sont les possibilités ? Comment ajouter des fruits ? Il existe plusieurs formes d’ajout de fruits, toutes ces formes sont viables : Ajout de purée de fruits (la meilleure des solutions d’après moi) […]


]]>
Les bières aux fruits sont une tendance majeure du brassage de bière. Tu veux brasser une bière avec des fruits ? Quelles sont les possibilités ?

Comment ajouter des fruits ?

Il existe plusieurs formes d’ajout de fruits, toutes ces formes sont viables :

  • Ajout de purée de fruits (la meilleure des solutions d’après moi)
  • Ajout de sirop de fruits (le sirop ajoute aussi du sucre donc la bière sera plus sèche)
  • Ajout de jus de fruits (100% fruit et sans sucre ajouté)
  • Ajoute de compote de fruits (compote sans sucre ajouté)
  • Ajout de fruits entiers (bien les désinfecter avant avec une petite ébullition)
  • Ajout de fruits congelés (pas de risque d’infection)

J’insiste sur l’ajout de fruits entiers. Pour ne pas prendre de risque, il faut faire une petite stérilisation en les faisant bouillir dans un peu d’eau pendant 2 minutes puis en les plongeant dans l’eau froide. Ne pas les faire bouillir trop longtemps ou les fruits vont commencer à compoter. La meilleure solution pour optimiser l’apport de ces fruits consiste à dénoyauter puis broyer ces fruits, ce qui peut s’avérer ne pas être un partie de plaisir.

Quand ajouter les fruits ?

Plusieurs possibilités pour le moment où ajouter vos fruits.

Ajouter les fruits pendant l’ébullition :

  • Avantages : pas de risques d’infection, compotisation du fruit
  • Inconvénient : perte de puissance des arômes délicats

Ajouter les fruits pendant la fermentation :

  • Avantage : conversation maximale des arômes
  • Inconvénient : risque d’infection (levure sauvage dans la peau du fruit)

Si tu ajoutes des fruits dans le fermenteur, je recommande d’attendre que la première fermentation soit terminée (J+10) mais de ne pas les ajouter trop tard. Il ne faut pas oublier que les fruits vont apporter du sucre supplémentaire et que ce sucre sera consommé par les levures. Comme on donne à manger aux levures, il est préférable d’ajouter les fruits à J+12 pour que le sucre des fruits soit consommé avant l’embouteillage. N’oublie pas que ton taux d’alcool sera plus fort !

Combien de grammes de fruits ?

Tout dépend de ce que tu souhaites comme résultat. Ta bière doit-elle être un hybride “bière-cidre” ou plutôt une bière avec des notes de fruits ? Ceci dépend aussi de la puissance aromatique du fruit (un litchi n’aura pas la même puissance aromatique qu’une pomme) et de la concentration de la solution choisie, le jus de fruit n’étant pas aussi puissant que la purée de fruit.

De façon générale, et ceci n’est qu’une base de réflexion, je conseille d’ajouter :

  • 20 g/L de fruits si tu veux une bière légèrement fruitée (0,4L de jus pour 20L~ de bière)
  • 50 g/L pour une bière avec des arômes distincts de fruit mais qui reste sur la céréale (1L de jus pour 20L~ de bière)
  • 100 g/L pour une bière fruitée (2L de jus pour 20L~ de bière)
  • 200 g/L pour une bière très fruitée (4L de jus pour 20L~ de bière)
  • 500 g/L pour un hybride bière-cidre de fruits (10L de jus pour 20L~ de bière)

Mesurer le taux d’alcool ajouté

Il faut savoir qu’un fruit mur contient généralement entre 10 et 15% de sucre. Mais bien sûr, ça dépend du fruit.

La formule magique pour connaitre la nouvelle densité :

Poids du fruit  X  % de sucre du fruit  X 380


Volume de la bière

Poids du fruit : Kg de fruits
% de sucre du fruit : en fonction du fruit (voir tableau ci-dessous). Si c’est un jus ou une purée, regarder sur l’emballage.
380 : points de gravité par kg par L
Volume de la bière : en litre

Exemple d’application : 2kg de framboises congelées x (9,5/100) x 380 / 20L = 3,61 points de densité supplémentaire
Taux d’alcool ajouté : 3,61 / 7,5 = 0,48%

Tableau de la teneur en sucre des fruits

Fruits% de sucre
Dattes64,2
Raisin16
Banane15,6
Mangue14,8
Cerise14,6
Ananas11,9
Fruit de la passion11,2
Poire10,5
Kiwi10,5
Pomme10,39
Melon10
Framboise9,5
Kumquat9,3
Abricot9,3
Grenade8,9
Orange8,9
Pêche8,7
Mûre8,1
Prune7,4
Myrtille7,3
Nèfle7,2
Figue6,9
Pastèque6,5
Pamplemousse6,2
Goyave6
Papaye5,9
Fraise5,8
Canneberge4
Noix de coco3.8
Citron vert2,5
Citron jaune2,5

Pour terminer cet article, ne pas oublier que les fruits peuvent ajouter plus ou moins d’acidité également. Il y a aussi certainement d’autres nombreux points à évoquer tellement le sujet est vaste. Réagis dans les commentaires s’il y a quelque chose à ajouter.

]]>
https://www.happybeertime.com/blog/2017/04/20/brasser-biere-fruits-faire/feed/ 6
Glace au houblon, sans sorbetière https://www.happybeertime.com/blog/2017/04/08/glace-au-houblon-sans-sorbetiere/ https://www.happybeertime.com/blog/2017/04/08/glace-au-houblon-sans-sorbetiere/#respond Sat, 08 Apr 2017 08:29:44 +0000 https://www.happybeertime.com/?p=24145 Vous en rêviez la nuit, la voici ! La crème glacée au houblon, sans peur et sans sorbetière. Le printemps pointe le bout de son nez, les abeilles bourdonnent, … Ça vous laisse encore du temps pour peaufiner votre recette de glace qui fera fureur lors de vos barbecues estivaux, entre la côte de bœuf marinée à la stout et le […]


]]>
Vous en rêviez la nuit, la voici ! La crème glacée au houblon, sans peur et sans sorbetière.

Le printemps pointe le bout de son nez, les abeilles bourdonnent, … Ça vous laisse encore du temps pour peaufiner votre recette de glace qui fera fureur lors de vos barbecues estivaux, entre la côte de bœuf marinée à la stout et le mojito revisité à la Gose.

Pour cette recette, choisissez de préférence un houblon aromatique avec peu d’amertume. J’ai opté cette fois-ci pour du Cascade en granulés (“pellets”), pour ses arômes floraux et citronnés. Pour les prochaines j’essaierais bien avec du Citra ou du Galaxy. N’hésitez pas à expérimenter avec d’autres houblons qui vous plaisent, essayez de reproduire le cocktail de votre IPA préférée.

La recette est très simple : on monte de la crème liquide en chantilly, on l’ajoute à du lait concentré sucré parfumé au houblon, 6h au congélateur, et voilà!

Plutôt que des pellets, il est probablement possible d’utiliser des fleurs entières et de les faire infuser dans la crème tiédie, comme on le ferait avec une gousse de vanille. Laissez parler votre imagination !

Retrouvez aussi notre recette de Glace au Porter.

]]>
https://www.happybeertime.com/blog/2017/04/08/glace-au-houblon-sans-sorbetiere/feed/ 0