La Brasserie du Pays Flamand s’associe à Kronenbourg pour booster Anosteké

314 views

featured

4.5
(8)

L’industrie brassicole française vient de connaître un tournant décisif. Après Gallia chez Heineken, La Débauche chez Océalia, une nouvelle brasserie cède des parts. La Brasserie du Pays Flamand, bien connue pour sa marque phare Anosteké, a décidé de vendre des parts à l’illustre maison Kronenbourg. Ce partenariat stratégique promet d’apporter une multitude d’avantages aux deux parties et d’accroître leur présence sur le marché national. Kronenbourg reste minoritaire.

Les raisons du partenariat

Renforcement de la capacité de production

Actuellement limitée à 70 000 hectolitres par an, la Brasserie du Pays Flamand ambitionne de tripler cette capacité grâce à son association avec Kronenbourg. En effet, ce nouvel accord permettra de porter la production annuelle d’Anosteké à 200 000 hectolitres dans les cinq prochaines années.

  • Capacité actuelle : 70 000 HL
  • Objectif : 200 000 HL
  • Horizon : 5 ans
  • Investissement : 25 millions d’euros

Kronenbourg : pour faire exploser Anostéké

Cette collaboration vise également à renforcer la présence nationale d’Anosteké. Bénéficiant dorénavant de l’expertise et du réseau de distribution de Kronenbourg, la Brasserie du Pays Flamand pourra augmenter significativement ses ventes en France et, pourquoi pas, à l’international.

Fondée en 1664, Kronenbourg est l’une des plus anciennes brasseries de France, possédant une expérience inégalée dans l’industrie brassicole. Son expertise technique et son vaste réseau de distribution sont des atouts majeurs pour la Brasserie du Pays Flamand.

L’accord inclut également une prise de participation minoritaire de Kronenbourg, renforçant ainsi l’engagement de cette dernière dans le développement et la réussite d’Anosteké. Les moyens financiers substantiels apportés permettront de financer non seulement l’augmentation de la capacité de production mais également des campagnes marketing massives.

Impact sur le marché brassicole français

Ce partenariat ouvre de nouvelles perspectives pour le marché brassicole français. De plus, il pourrait contraindre les autres brasseries artisanales à rechercher des partenariats similaires afin de rester compétitives. A l’heure où les brasseries artisanales vacillent, on s’aperçoit que le mariage avec une entreprise plus solide est souvent l’option choisie par les fondateurs pour pérenniser leur entreprise.

Les plus sceptiques y verront plutôt le verre à moitié vide et l’éternelle histoire qui se répète avec un marché brassicole qui se concentre autour des plus gros acteurs dès lors que la situation économique et politique devient difficile.

Conseils : Tu veux faire ta bière à la maison ? Jette un oeil à notre GUIDE COMPLET pour t'aider à te lancer dans la fabrication de bière à la maison, choisir ton matériel en fonction de ton espace (maison, appartement...) et de tes envies de brasseur. Voir ce guide 100% gratuit

Réaction des consommateurs et professionnels

Pour les amateurs de bière artisanale, cet accord pourrait susciter autant d’approbation que de scepticisme. D’une part, la promesse d’une meilleure disponibilité dans les points de vente nationaux est accueillie favorablement. D’autre part, certains pourraient craindre une altération de la qualité des produits, bien que la Brasserie du Pays Flamand ait assuré qu’elle maintiendra ses standards de haute qualité.

Cet article était-il utile ?

Cliquer sur une étoile pour voter

Note moyenne 4.5 / 5. Votant 8

No votes so far! Be the first to rate this post.


A propos de Thomas

Dès sa plus tendre enfance, Thomas a été un enfant choyé par ses proches et amis. Il est important de savoir que "Bartom", son pseudo, vient de sa fréquentation assidue des bars. Voir la description complète de Thomas→

Répondre