Pour soutenir le blog, cliquez et achetez vos "craft beers" sur Find a Bottle

« Prends-moi fort », les dangers de cette nouvelle marque de bière sexiste

21 015 views

featured

()

Bière de beauf, y’en a ras la… casquette !

Cela fait bien longtemps que je n’avais pas fait d’article d’opinion, le travail, ma professionnalisation dans le monde de la bière, la vie familiale etc. Me retrouvant isolé à cause du coco + et en congés, j’ai malheureusement plus de temps pour vagabonder sur internet et découvrir ce genre de truc… une nouvelle marque de bière à Montpellier qui doit s’appeler « Prends-moi ». Et comme si le nom n’était pas assez évocateur, les étiquettes « aguicheuse » et au « design innovant » d’après le instagram de cette nouvelle marque permettent d’ôter le doute (et pas de doute sur la professionnalisation puisque l’entreprise et le marque ont été déposé).

Le rejet du monde de la bière

Le monde de la bière artisanale est en colère et rejette avec une profonde véhémence cette nouvelle marque ainsi que les dizaines du genre que nous voyons apparaître fréquemment sur nos marchés, en ligne ou sur les mauvaises étales. Notre plaidoyer antisexiste de mars 2020 n’est toujours pas entendu et la beaufitude fait toujours autant vendre touchant presque parfois aux limites de l’incitation à l’agression comme en témoigne cette nouvelle pépite.

Des marques toujours plus outrageantes

Sal’hop, Kekette, Levrette et maintenant… « Prends-moi ». On a l’impression que les outrages sont en escalade et que le phénomène de beaufitude perce les limites de l’imaginaire. Imaginez-vous donc deux secondes une jeune fille avec une « prends-moi » dans les mains. Que pensez-vous que sera la réaction des gros beaufs qui l’entourent ? Cette bière ne franchit-elle pas les limites du danger ?

Le sexisme dans la bière, on connait bien, on peut par exemple citer les horribles étiquettes de la brasserie du comtat avec des femmes dénudées et des hommes puissants.

Je condamne cela farouchement et cela m’exacerbe mais cette nouvelle bière ne franchit-elle pas un nouvelle limite ?

Des bières dangereuses ?

Mais n’atteint-on l’outrage aux femmes et l’incitation au viol avec des bières toujours plus sexualisée et toujours plus évocatrices ? Les mots d’abord « Prends-moi tendrement » et même « Prends-moi fort ». Et les images ensuite avec des lèvres mordues imageant le désir. Alors je vous pose une seconde fois la question : une femme peut-elle clairement porter cette bière dans les mains en n’espérant aucune répercussion ou sans même se sentir en danger ?

Personnellement, je suis aujourd’hui choqué, d’autant plus que cette marque est créée dans ma ville de Montpellier et je demande clairement à son créateur de reconnaître son erreur d’approche, sans quoi je ne pourrais supporter une mise sur le marché d’un tel produit dans mon environnement et il faudra réfléchir à la meilleure façon de s’opposer à ce danger : plainte, signalement en ligne ou autre suggestion. J’attends vos retours dans les commentaires pour donner votre point de vue sur cette nouveauté mais aussi sur les démarches que nous devrions entreprendre pour s’opposer à cette marque. Je tiens à préciser que les commentaires Instagram sont déjà « restreint » par le créateur qui a déjà visiblement compris qu’on n’était pas content du tout. Nous suivrons de très près ses actions à venir…

Conseils : Tu veux faire ta bière à la maison ? Jette un oeil à notre GUIDE COMPLET pour t'aider à te lancer dans la fabrication de bière à la maison, choisir ton matériel en fonction de ton espace (maison, appartement...) et de tes envies de brasseur. Voir ce guide 100% gratuit

Cet article était-il utile ?

Cliquer sur une étoile pour voter

Note moyenne / 5. Votant

No votes so far! Be the first to rate this post.


Nouveau: une question sur la bière, le brassage ? Pose ta question aux beermen !

A propos de Thomas

Dès sa plus tendre enfance, Thomas a été un enfant choyé par ses proches et amis. Il est important de savoir que "Bartom", son pseudo, vient de sa fréquentation assidue des bars. Voir la description complète de Thomas→

27 commentaires to “« Prends-moi fort », les dangers de cette nouvelle marque de bière sexiste”

  1. Jackson Mohammedovic a dit :
    décembre 28, 2021 at 7:26
  2. Alors très honnêtement ça me laisse dubitatif et je ne sais pas trop quoi en penser.
    Si tout ce qui touche à la femme de près ou de loins, je parle aussi de toutes les pubs jean’s soutifs culottes dého… incite au viol ou à l’indécence vis à vis des femmes nous ne sommes pas sortie de l’auberge, tout est une histoire d’éducation et de meurs et oui il y a du travail à faire la dessus.
    Après ce genre de nom (Je ne parle même pas des conséquences) en effet je trouve ça pas très fin, bourrin, beauf Ça me fait même penser aux blagues d’usines… des services de maintenance… et Perso pas très vendeur en ce qui me concerne.
    Ce qui est curieux c est que dans les années 80 personnes ne se serait posé cette question car à cette période c’était normale
    Après si une canette avec une bouche dessus incite au viol je recommande de vite aller consulter.
    Et si par la même occasion on pourrait éviter de faire passer les amateur de bières pour des goujats, ça ne serait pas plus mal

    • Dans les années 80, la pédophilie s’invitait sur les plateaux de TV et était mise en valeur par l’intelligentsia et par Dolto depuis, on a eu Fourniret, Dutroux etc et les enfants vont rarement non accompagnés à l’école…. heureusement on est en 2021, oups bientôt 2022!

      • Mr. Fracaga a dit :
        décembre 30, 2021 at 12:35

        Le rapprochement que vous faites n’a pas de sens et dessert complètement votre défense des femmes.

        Oui les bières avec des noms misogynes sont stupides et les gens derrières ne doivent pas être très malins.
        Non ca ne pousse pas directement au viol, comme une jupe courte ou un décolleté.

        Le vrai combat est qu’il n’y a aucune excuse pour les violeurs ou harceleurs même si la femme a une bouteille de bière avec une bouche et où il est inscrit « prends moi fort ».

  3. Salut !
    Entièrement d’accord avec toi ! C’est fatigant de devoir se battre contre ca en 2021 surtout que là on bat des records !
    Je n’ai pas d’idée d’action à mener mais si tu as besoin d’un coup de main, n’hésites pas !

  4. Si ça te gêne t’es pas obligée d’en commander une. T’as ka boire du Contrex ça te calmera. Vive la liberté

    • Alors tu devrais exercer ta liberté de fermer ta gueule sac à conneries.

      Clairement, t’es le comportement qui est visé par cet article: « on fait ce qu’on veut, vous avez qu’à être moins choqué ». Bah moi je fais ce que je veux et je te dis que tu es un gros débile. Sûrement un proche du brasseur qui se sent tout chevalier blanc de venir traiter l’auteur de l’article.

  5. Salut,

    Pour ma part il y a un truc qui me frappe dans votre raisonnement, c’est le fait de culpabiliser la femme sur ce qu’elle va avoir à la main c’est du même niveau que de dire que si elle s’habille de tel manière c’est normal qu’elle est des problèmes. Et ben non ! Beauf ou pas c’est pas parce que sur sa bière il y a marqué « prends moi  » qu’un homme à le droit de la toucher.
    malgré ça je suis du même avis sur ce type de noms graveleux.

  6. Encore une marque ridicule et beauf, mais de là à dire que ça incite au viol, ça va trèèèèès loin. Il faut rescendre sur terre.

    • Guillaume a dit :
      décembre 29, 2021 at 4:15

      Entièrement d’accord, pour se démarquer, les brasseurs devraient trouver une meilleure accroché, moins bêbête et moins graveleuse.
      De là à dire qu’un nom de bière, aussi beauf soit-il, incite au viol est disproportionné. C’est même un réflexe paranoïaque.
      Et c’est aussi réduire la buveuse de bière à une proie sans humour (très beauf), ce qui me semble tout à fait sexiste.
      Pour se démarquer, les brasseurs devraient trouver une meilleure accroche, j’en conviens.
      De la même manière, les ultra féministes avec lesquelles je partage nombre d’opinions, devraient revoir leur communication fascisante et culpabilisante.
      L’absence totale de psychologie dans leur communication les confine à l’entre-soi et empêche les gens qu’elles tentent de convaincre d’évoluer, créant de leur part un réflexe de rejet.

  7. Musavana a dit :
    décembre 29, 2021 at 8:19

    Merci beaucoup pour cette article ! Y en a marre de voir encore ce genre de marqueting plus que douteux sur nos produits du quotidien !

    Dans le même registre on a aussi la fabrique des Grô qui s’amuse à faire une la fameuse  » Grognasse  » ou encore la  » 50 nuances de Gro  » ou l’étiquette se résume à une paire de bas déchiré avec un mec dans un lit qui attend de se faire fouetter…

    Vivement le jour où on pourra juste boire des bières en paix !

  8. Assez!!! Vivons nous vraiment dans un monde de bisousnours #bobo
    Aujourd hui la seule règle est celle du marché.

    Alors soit cette bière se vend et perdure soit elle ne se vend pas et là le brasseur là remettra à sa (juste?) place…… au fond d un evier ….a moins qu il ne la renome  » Femen for ever  » et si d un coup elle devenait alors bonne et convenable cette bière ? ?

    Déjà qu il va falloir boire assis, en nombre restreint , après être passé sous le joug des contrôles , si en plus il faut se méfier des  » étiquettes et de leurs protocoles …..là j abdique …je ne bois plus que de l eau du robinet , chez-moi et pour ne plus être soumis à la tentation du viol , je vais me faire …..moine trappiste dans une abbaye belge !

    Le roi la loi la liberté !!

  9. Bon certes, il y a des noms un peu tiré par les cheveux mais il faut arrêter de faire les offusqués au moindre second degré…
    Est-ce que la femme en elle même est atteinte par ce type de nom de bière ?
    Kekette, qui est masculin m’offusque-t-il? Clairement non.
    Même sans des noms comme ça, des réactions de beauf’ il y en aura.
    Et s’il y a des réactions de beauf, seront elles pour autant malveillantes. Là vous faites passer ce type de beauf pour un criminel en puissance…. Il ne faut peut être pas trop exagérer non plus.

    Tirer à boulet rouge sur des marques sans prendre en compte le contenu proposé et certainement un second degré qui ne vous convient pas, c’est être un peu reac’.
    À croire que ceux qui déposent ces marques sont malveillants. Si votre état d’esprit vous fait ressentir celà, allez les rencontrer et vous faire une idée réelle du message passé.

    Sans vouloir être désagréable, le côté offusqué de cet article est pour moi un style de beaufitude. Surtout avec des arguments de mise en danger de la gente féminine….
    Cordialement

  10. Incitation aux viol ?! Ça va loing…
    Je pense que les étiquettes de bierres non jamais étaient responsables de viols.
    A ce moment interdisons les bières trappistes, avec tout ce qui ce passe dans le monde religieux…

  11. Salut les bierophiles.
    Je suis Franck, je travaille dans une association qui s’appelle Addictions France. Nous sommes bien connus des industriels de l’alcool car nous assurons une veille sur le marketing de l’alcool, et faisons respecter la loi. Nous sommes sensibles à votre argumentaire. Sachez que nous sommes entièrement d’accord avec vous sur les aspects sexistes et beauf. Cet humour grivois est non seulement mal inspiré, mais vous serez ravis de savoir que c’est également illégal au titre de la loi Evin. Peut être la connaissez vous, je le suppose : l’idée de cette loi est de ne pas présenter l’alcool sous un jour favorable (ludique, humoristique, lien avec le sport, la sexualité etc). On ne peut pas dire tout et n’importe quoi et donc lorsqu’on dépose une marque d’alcool, il faut que son nom soit compatible avec ces principes. Dans le cas contraire toute publicité serait de fait illégale. C’est la raison pour laquelle nous sommes en procès avec les marques Levrette et Kekette. Ce serait bien que l’info soit connue de tous les brasseurs artisanaux qui, pour se distinguer avec des budgets communications faibles par rapport aux géants, proposent des noms qui attirent l’attention en lien avec le sport, le sexe, la musique rock ou autre. Qu’ils sachent bien que c’est illégal avant de se lancer.

    • Merci pour ces informations! Vous êtes en contact avec les syndicats : Brasseurs de France et/ou Syndicat National des Brasseurs Indépendants (SNBI)?

    • Peu être pourriez vous attaquer aussi les vins tel que le CHÂTEAU LEVRETTE ( vin de Bordeaux classé )
      Le CARESSE MOI ( viognier )
      Et que faire pour les Gratte-cul régionaux sans oublier le Saint Amour des fois qu il pousse à la consommation….

      Mais il y a plus urgent réagissez par pitié…Que cesse immédiatement ces termes phalocrates qui régissent et imposent ces définitions sexistes qui classent les Bières en Blondes, Brunes et Rousses ……et je n ose évoquer les gueuses…..il est grand temps de degenrer ces termes

      Par pitié laissez nous simplement savourer ces »mousses »( rien de péjoratif dans ce terme) obscur objet de désir sans a tout pris vouloir régenter la bienséance et le bien-pensant

      Un peu de place pour les petites brasseries indépendantes et leur imaginations pour se faire remarquer ….

      En attendant il nous reste quelques  » rince-cochon  » à partager

  12. Qu’est-ce que c’est chiant, la bienpensance… Vive la Gaule et les Gaulois! Et quand on s’improvise journaliste 2.0, on relit ses articles avant de les poster

    • Sachez Monseigneur Igor que je n’ai pas une seconde la prétention ni l’intention de m’approcher de toute forme de journalisme.

  13. Comme l’on souligné d’autres commentateurs, c’est complètement ridicule de dire que ça incite au viol ou que ça met les femmes en danger. Si on déconstruit l’argument, on est en train de dire qu’un violeur potentiel estimerait que sa victime a provoqué le viol en tenant la bouteille en question. Dans ce cas, on peut dire que la victime a également provoqué en portant une mini-jupe, un décolleté, du rouge à lèvres… Dans ce cas, il faudrait aussi interdite toute forme de communication/marketing qui a le moindre côté suggestif, érotique ou aguicheur. De la jolie lingerie genre Victoria’s Secret? Interdit. Du blush pour se sentir plus belle/attirante? Poubelle! Désolé mais c’est un argument qui ne tient pas debout… et qui sent juste le puritanisme réactionnaire.

    Au passage, notons que les propos du type « Que pensez-vous que sera la réaction des gros beaufs qui l’entourent ? » sont aussi très révélateurs. Vous pensez que les agressions sexuelles sont uniquement le fait des « beaufs » et des classes populaires? Parce que le terme beauf renvoie clairement aux classes populaires. Désolé mais les classes privilégiées ne sont pas forcément mieux en la matière. Ça fait très bobo puritain de s’exprimer ainsi.

    Même si je suis d’accord pour dire que c’est de mauvais goût, cela n’empêche qu’il faut admettre que certains trouveront ça amusant, et il n’y a rien de mal à ça. Les taxer de violeurs potentiels est incroyablement insultant et déplacé. Si on trouve ça de mauvais goût, on passe son chemin et on ne cherche pas à censurer et interdire en se parant d’une fausse supériorité morale. Je n’aime pas la musique de Francky Vincent, que je trouve vulgaire et qui est clairement aguicheuse/sexualisée. Ce n’est pas pour autant que je vais juger ceux qui l’aiment bien ou chercher à l’interdire.

    Franchement, c’est pénible et malsain cette mentalité de puritanisme et de censure. Laissons l’Inquisition dans le passé, on vit mieux sans. Et arrêtons de trouver des excuses aux harceleurs et agresseurs en suggérant indirectement que ce qu’ils font relève aussi de la responsabilité des victimes, d’un brasseur, d’un musicien ou de qui que ce soit d’autre…

  14. Alan Smithee a dit :
    janvier 1, 2022 at 2:00

    N’étant pas français mais allant souvent en France pour des voyages, il y a un truc que j’ai remarqué, la France n’est vraiment pas un pays brassicole, les bières proposées sont d’un ennuis, blonde, brune, blanche…et parfois des IPA dégueulasse et là où je trouve que l’article vise juste, c’est le nom des brasseries, c’est la « fête » aux jeux de mots pourri, une imagerie ringarde faite de loup, de fées, c’est d’un kitch et complètement désuet.

    • Monsieur G a dit :
      janvier 1, 2022 at 3:19

      Honnêtement, il y a une dizaine d’années, on pouvait encore parfaitement souscrire à ce point de vue, mais les choses ont changé depuis. Je suis d’accord, même aujourd’hui encore beaucoup trop de brasseries se contentent de la sempiternelle gamme « blonde, ambrée, blanche, brune », et font des trucs assez lambda, mais de plus en plus de brasseries se démarquent et font des produits plus que corrects, et plus originaux. Et en cherchant un tant soit peu au delà des rayons de GMS, on arrive à trouver sans trop de problèmes ces produits.
      Concernant le kitsch de certains design, choix esthétiques ou jeux de mots, c’est pas faux, mais étonnamment, ce n’est pas (selon ce que j’ai pu constater), en lien direct avec la qualité du contenu. C’est vrai après que les jeux de mots les plus beaufs cachent rarement des pépites, je le concède.

  15. Vous avez tous et toutes bien rempli le bingo, c’est chouette, continuez!

    https://www.nowineisinnocent.com/wp-content/uploads/2021/05/bingo-des-arguments-anti-feministes-874×1024.jpg

    vu sur https://www.nowineisinnocent.com/2021/05/07/affaire-de-la-caricature-sexiste-jaimerais-quon-laisse-mon-corps-de-femme-tranquille/

    (Illustration issue de « Herstory, histoire(s) des féminismes » par Marie Kirschen et Anna Wanda Gogusey, éditions La Ville Brûle.)

    • Mr. Fracaga a dit :
      janvier 9, 2022 at 7:24

      Je ne remplis aucune case de votre bingo par mon commentaire… Mais après tout, il est plus facile de tenter de discréditer son interlocuteur que d’en discuter. Ça me rappelle une ancienne discussion où vous m’avez bloqué faute d’arguments…

  16. Non mais sérieusement il y a d’autres vraies problème qui touchent les femmes , il faut arrêter la vous allez passer pour des bon gros nazes a s’opposer à ça .

  17. Anonyme a dit :
    janvier 4, 2022 at 2:06

    Mouais alors oui, c’est graveleux, mais en tant que femme, je trouve plutôt sexiste de trouver qu’une femme doit se « sentir en danger » en ayant une bière graveleuse à la main. On prend un peu trop le sexisme comme prétexte au puritanisme ces temps-ci. Ne pourrait-on pas se contenter de faire le même genre d’humour vaseux au sujet des hommes en buvant une bière dans la joie et la bonne humeur ?

  18. Prendsmoiparmonseultrou a dit :
    janvier 5, 2022 at 9:05

    C’est la bière qu’il faut prendre, pas la tête.

Répondre





Happy Beer Time