Nouveau: une question sur la bière, le brassage ? Demander de l'aide à nos experts bière !

Cuve de brassage: Klarstein, BrewMonk, Grainfather, Braumesister… que choisir ?

1 151 views

featured

Pour faire sa bière à la maison, il existe de nombreuses possibilités et astuces. Toutefois, lorsque l’on décide de brasser de la bière régulièrement, le choix le plus important que l’on doit faire est celui de sa cuve de brassage. Deux possibilités s’offrent aux brasseurs amateurs, brasser avec une cuve électrique ou brasser avec une marmite traditionnelle sur un système à gaz.

Cet article est spécialisé dans le choix d’une cuve de brassage. Pour une vision plus globale de la fabrication de bière et du matériel à choisir dans son ensemble, nous  avions justement écrit il y a quelques temps un article sur faire sa première bière.

Guide : faire sa 1ère bière

Brasser de la bière avec un réchaud à gaz

Je pense qu’environ 50% des brasseurs amateurs sont sur une pico-brasserie gaz et que l’autre moitié utilise de l’équipement électrique. L’avantage du gaz, c’est qu’on peut récupérer une vieille marmite qui traîne pour faire sa bière, il n’y a plus qu’à acheter une bouteille de gaz et un brûleur de paella et un sac de brassage. Un second avantage indéniable du gaz, c’est que tu peux brasser n’importe où, sur la plage, dans ton garage ou au fond du jardin à partir du moment où tu transportes tout ton matériel. Généralement, c’est pour ça que la plupart des brasseurs amateurs d’appartement sont sur un système électrique et les brasseurs qui ont une grande maison et préfèrent brasser en extérieur sont sur du gaz. Enfin, le gaz peut être plus adapté pour brasser à moindre frais de grandes quantités (50L, 100L). Monter une pico électrique pour ces quantités là est faisable mais nécessite un peu de connaissance en bricolage pour installer des thermoplongeurs , régulateurs PID de température etc. Note qu’il est très important de trouver une cuve en INOX et non en aluminium. L’alu n’est pas approprié pour le brassage de bière étant donné l’acidité de la bière.

Cuve INOX

Maintenant, les cuves électriques ont un avantage majeur pour le petit brasseur amateur, elles permettent un brassage de précision. Elles sont souvent équipées de thermostat qui permet de réguler la température du liquide au degré près.

Brasser de la bière avec une cuve électrique

Cuve électrique basique : le premier prix

Budget : entre 100€ et 150€.

On parle aussi parfois de stérilisateur. Il s’agit en fait d’une cuve électrique avec un thermostat permettant de faire son empâtage et son ébullition. Très simple d’utilisation, cela permet de se maintenir précisément à 67°C lors de l’infusion. A ce type de cuve, il faut généralement ajouter un peu de matériel pour filtrer et refroidir la bière. Ce n’est pas une cuve tout-en-un !
Bien entendu, à ce prix là, ça n’est pas connecté ni programmable.

Voir la cuve basique

Klarstein Maischfest : premier prix “tout-en-un”

Budget : entre 200€ et 300€

La cuve Maischfest commence à être sympa car elle permet de chauffer le moût et de filtrer dans la même cuve. Elle est réglable via un petit écran LCD. Ce qu’il manque par rapport à la version supérieure, c’est le système de recirculation qui n’est pas présent dans ce modèle et qui permet tout de même de faciliter grandement le travail tout en obtenant des points de rendement supplémentaires. Bien entendu à ce prix là il faudra rajouter un système de refroidissement.

Voir le prix

Klarstein / Brewmonk : la choix complet mais pas cher

Budget : entre 300€ et 500€

C’est certainement le choix le plus commun des brasseurs amateurs à l’heure actuelle. Notamment parce qu’elle existe en 30L ou en 50L contrairement au Grainfather. Cette cuve automatisable est aussi fabriquée en Chine, elle est automatisable et porte parfois d’autres noms comme Brew Monk ou encore Royal Catering. C’est une sorte de réplique du Grainfather dont le prix est un peu plus abordable. Côté fonctionnalité, attention les premiers prix dans les 300€ sont souvent fournit sans le refroidisseur. Du reste, il est possible de programmer des paliers. Par exemple, 60 minutes pour l’empâtage à 67°C puis 60 minutes pour l’ébullition à 100°C.  De ce qui ressort de l’ensemble des personnes qui l’utilisent, il fait très bien le job bien que les finitions soient parfois un peu approximative. Le gros plus par rapport au système premier prix, le système de filtration de type panier en inox ainsi que la pompe qui permet de faire re-circuler le moût pendant l’empâtage pour obtenir des points de rendement supplémentaire. A noter, ce n’est pas un appareil connecté non plus, ni wifi ni bluetooth pour le contrôler à distance. Petit plus en revanche par rapport au Grainfather, le robinet du bas qui permet de soutirer un peu de moût pour les mesures de densité en cours de brassage.

Voir la KlarsteinVoir la cuve

Grainfather : le choix ultra complet et qualitatif

Budget : entre 850€ et 950€

Certes c’est un budget important. Il faut malgré tout voir que le Grainfather a révolutionné le brassage à l’heure où il n’existait que l’option Braumeister pour les brasseurs amateurs confirmés. Le Grainfather est un appareil néo-zélandais fabriqué avec des pièces chinoises malgré tout mais d’une finition nettement supérieure aux pièces du Klarstein. Le Grainfather est bien entendu programmable et peut même se contrôler via une application smartphone, ce qui est un confort non négligeable lorsqu’on brasse mais qu’on veut faire autre chose en même temps (s’occuper du BBQ par exemple). Un autre élément déterminent c’est le fait que le Grainfather dispose de son propre système de refroidissement, un refroidisseur à contre-courant très efficace. C’est un avantage notable lorsque l’on sait que la Braumeister classique ne dispose même pas de refroidisseur. Il faut aller sur la Braumeister Plus pour disposer de ce type de fonctionnalité.
Côté rendement, le Grainfather est au top avec des rendements atteignables proches de 90% sur des recettes simples. Il serait même légèrement meilleur que le Braumeister de ce côté là grâce à un système recirculation où le moût est réinjecté par le haut plutôt que par en bas sur la Braumeister. Autre argument non négligeable, le Grainfather permet de charger jusqu’à 9kg de grains contrairement à 7kg de grains pour le Braumeister. Ce qui est un détail capital pour ceux qui aiment brasser des bières fortes. Vous l’aurez compris, c’est un équipement très compétitif qui permet de brasser avec un certain confort de nombreux batchs de bière.

Voir le Grainfather

Braumestier Plus : le choix semi-professionnel

Budget : entre 1650€ et 1750€

Il faut comprendre que la Braumeister était d’une part pionnier sur le marché des machines de brassage tout-en-un pour les brasseurs amateurs et ensuite d’une qualité définitivement autre que les autres produits du marché. Les Braumeister existent en 10L, 20L, 50L, 100L, 200L et même 1000L. Ce sont des machines professionnelles conçues pour une utilisation durable et fréquente. Les finitions, l’utilisation de pièces de rechanges standards, la connectivité (WiFi) en fond définitivement une machine ultra performante. Malgré cela, comme nous avons pu le voir précédemment, le Grainfather a rendu plus accessible le brassage automatisable surpassant même la Braumeister sur de nombreux points. Reste le fait que la Braumeister est une véritable machine professionnelle de qualité allemande avec une ergonomie exceptionnelle et facilité d’utilisation.

Voir la Braumeister

C’est terminé pour cet article sur les cuves de brassage. Il faut noter qu’une alternative aux cuves électriques, uniquement pour l’empâtage est de trafiquer une glacière. Il faut quand même avec une cuve supplémentaire pour l’ébullition dans ce cas là. J’espère que cet article sera utile pour les futurs brasseurs amateurs qui cherchent à s’équiper. Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter : bonnes brasses !

Cuve de brassage: Klarstein, BrewMonk, Grainfather, Braumesister… que choisir ?
5 (100%) 4 votes


Nouveau: une question sur la bière, le brassage ? Pose ta question aux beermen !
Tu as aimé cet article ? Suis-nous par e-mail

A propos de Thomas

Dès sa plus tendre enfance, Thomas a été un enfant choyé par ses proches et amis. Il est important de savoir que "Bartom", son pseudo, vient de sa fréquentation assidue des bars. Voir la description complète de Thomas→

Répondre