Nouveau: une question sur la bière, le brassage ? Demander de l'aide à nos experts bière !

Top 10 des nouvelles tendances de la bière en 2017

4 740 views

featured

Les tendances de la bière sont en perpétuel mouvement pour le plaisir des amateurs de bières. Cette année, de nouveaux types de bières se démarquent et suscitent un intérêt particulier au sein de la filière. Bilan sur les tendances de la bière en 2017 d’après les observations de notre équipe de beermen.

1. La nouvelle IPA vient de Nouvelle Angleterre

Nouveau style de bière pour certain, simple déviation de la bien-connue IPA pour d’autre, quoiqu’il en soit, la NEIPA alias New England IPA est une tendance en pleine explosion.

Contrairement à une IPA traditionnelle, la NEIPA est très houblonnée mais pas hyper amère. Elle dispose d’une amertume relative bien plus légère. Le tout, grâce à un houblonnage à froid massif qui donne à la bière un goût très fruité.

Si vous voulez en savoir plus sur la NEIPA, nous venons justement de publier un article sur le sujet.

Force de la tendance : 9/10

2. Du lactose en dehors des Milk Stout

C’est une tendance qui peut surprendre, le lactose voit son apparition dans de nombreuses bières qui ne sont pas torréfiées. Pour information, le lactose est un sucre complexe qui n’est pas transformé par les levures. Bilan, cela donne un goût sucré à la bière. Les « milk stouts » aussi appelés « sweet stouts » sont une sorte de cappuccino de la bière. Sucré, des arômes de café et du lait.

Traditionnellement, le lactose était utilisé uniquement dans les Milk Stout. En 2017, vous verrez d’autres styles de bières émergés avec lactose. Cette année pour ne citer qu’elles, nous avons pu déguster la Northern Monks Mango Lactose IPA brassée en Angleterre mais aussi la Morning Sunshine de Brussels Beer Project, bière multigrain au lactose et à la framboise.

Force de la tendance : 6/10

3. La bière sans houblon

Une bonne cervoise s’il te plait tavernier ! Retour dans le passé lorsque les bières n’étaient pas forcément brassée avec du houblon. C’est lorsque nous avons découvert les propriétés antiseptiques du houblon que celui-ci s’est imposé dans la recette de la bière. Avant, les brasseurs utilisés toutes sortes d’herbes : genévrier, sapin, coriandre, camomille, estragon…

La grande tendance cette année sera de brasser des bières sans houblon ou avec une quantité infime de houblon suranné, comme pour la production des gueuzes. Ce qui ne signifie pas que les bières ne seront pas amères, d’autres herbes que le houblon peuvent donner de l’amertume. Les fameuses cervoises peuvent être amères, acides, avec des fruits voire même fumée comme la vieille recette finlandaise du Sahti aux baies de genièvres.

Force de la tendance : 7/10

4. Les bières Made In France

Avec la nouvelle tendance de relocalisation des productions de houblon et l’apparition de micro-malteries, les bières au goût français devraient être de plus en plus nombreuses.

Ne vous attendez pas à des bières très fruités comme les houblons américains ou océaniques le permettent. A ce jour, je ne connais aucun houblon français disposant de ces propriétés là. En revanche, pour brasser des bières traditionnelles comme nos bonnes vieilles bières de garde, les houblons français feront pleinement l’affaire.

En toute logique, cette année devrait voir fleurir de nombreuses nouvelles bières très locales.

Force de la tendance : 8/10

5. Des bières aux légumes !

Et pourquoi pas ? Les légumes peuvent disposer de nombreux atouts dans la bière. Par atout, je parle d’intérêt gustatif et non pas seulement marketing comme les fameuses bières à la citrouille américaines.

Les bières aux légumes devraient faire une belle apparition sur le marché. On pense notamment aux quelques bières au concombre magnifiques à déguster en été. Une autre tendance délicieuse, les bières au chili, que ce soit pour des bières amères ou douces, le chili fonctionne très bien avec la bière.

Force de la tendance : 7/10

6. Le retour des lagers

Nous vous en avions déjà parlé cette année dans les colonnes du webzine mais 2017 sera l’année du retour des lagers au premier plan. Nous avons déjà vu quelques exceptions fleurir en France comme les bières de Pleine Lune (Gens de la Lune, Lager des Etoiles) mais ce n’est qu’un début ! Les bières de fermentations basses seront de retour.

Force de la tendance : 9/10

7. Ich bin ein berliner (weisse)

Les bières acides auront toujours le vent en poupe bien entendu. Et dans l’exercice, ce sont les Berliner Weisse et leurs déviantes qui rencontreront un succès probant. Pour rappel, la Berliner Weisse est une bière qui peut être acidifier rapidement sans risques de contamination de l’équipement de brassage. C’est assez confortable à brasser.

Vous verrez donc fleurir des Berliner Weisse aux fruits, des Berliner Weisse fumée, des Berliner Weisse salée (Gose), des Berliner Weisse houblonnée à froid. De l’acide lactique, en veux-tu, en voilà !

Force de la tendance : 7/10

8. Le White Stout

Ah qu’est-ce que je déteste ce nom ! Il peut vouloir tout et rien. Souvent, cette déviation marketing signifie que la bière blanche (de blé) est une bière qui a été infusée avec du café. Traditionnellement, c’est tout autre chose.

Comme son apparition récente dans les linéaires de Lidl en témoigne, peu importe ce que c’est, les bières appelées White Stout devraient faire des bébés. Mais il faut savoir que le terme White Stout a une vraie histoire. Traditionnellement, il s’agissait simplement d’une bière de blé forte. En effet, le mot stout voulait dire fort au même titre qu’impérial est utilisé de nos jours (ex. Imperial Stout, Imperial IPA…).

En 2011, la brasserie anglaise Durham faisait revivre le style traditionnel. La tendance arrive maintenant en France !

Force de la tendance : 7/10

(source: Laurent Mousson dans French Beer Geek sur Facebook)

9. Smoke beer everyday !

Encore un nouveau sous-style d’India Pale Ale vous allez dire, voici les Smoke IPAs. La bière dispose d’une bonne amertume, comme pour une IPA traditionnelle mais celle-ci est atténuée par le fumé. De la même manière l’amertume adoucit le côté fumé de la bière. Une tendance qui sonne comme un véritable retour aux sources encore une fois puisque, à l’époque, l’ensemble des bières brassées étaient fumées. Et oui, il n’existait pas d’autres solutions pour malter l’orge.

Force de la tendance : 6/10

10. La tante Brett n’abdique pas !

Les fameuses levures brettanomyces seront toujours de plus en plus utilisées par les brasseurs de l’Hexagone. L’utilisation de ces levures traditionnellement sauvages mais aujourd’hui apprivoisées par les laboratoires permet de donner une goût fermier à la bière mais peut également donner d’excellents goûts fruités plutôt rares dans la bière tels que l’ananas ou la fraise. La brett – ou devrait-on dire les bretts puisqu’il existe de nombreuses différentes souches – ont beaucoup de potentiel et nous ne sommes qu’au début de leur exploitation. Pour se faire une idée du goût de la Brett, la plus connue des bières à la brett est le précieux Orval.

Force de la tendance : 8/10

 

Voilà pour les tendances des bières pour cette année 2017 qui devraient s’annoncer particulièrement excitante. Avez-vous déjà goûté des bières parmi les styles évoqués ci-dessus ? Qu’en avez-vous pensé ? Réagissez dans les commentaires.

Image à la une : unsplash

Top 10 des nouvelles tendances de la bière en 2017
5 (100%) 6 votes


Nouveau: une question sur la bière, le brassage ? Pose ta question aux beermen !
Tu as aimé cet article ? Suis-nous par e-mail

A propos de Thomas

Dès sa plus tendre enfance, Thomas a été un enfant choyé par ses proches et amis. Il est important de savoir que "Bartom", son pseudo, vient de sa fréquentation assidue des bars. Voir la description complète de Thomas→

4 commentaires to “Top 10 des nouvelles tendances de la bière en 2017”

  1. AAAAAH les bières acides <3

    Pour ajouter un peu de culture, j'ai lu je ne sais plus où très récemment que pour les lambics, le houblon utilisé était un houblon avec très peu d'acide alpha, et qu'une des variétés prisées à cet effet … était/serait belge ! Le Coigneau qui affiche 1,1% d'AA. Ce qui expliquerait aussi le manque d'amertume de ce type de bière et des types qui en découlent.

    • Le lambic est brassé avec du houblon surannée (du vieux houblon) qui vient généralement de Tchéquie (et non pas de Belgique désolé) pour l’histoire il faut du houblon pour faire de la bière mais très peu d’acide alpha pour le lambic car le houblon est un antiseptique naturel et il serait néfaste pour la conception du lambic car ferait barrière aux micro organismes comme les lactobacillus qui donnent justement cette fameuse acidité propre au lambic.

  2. Laurent Mousson a dit :
    janvier 30, 2017 at 7:52

    – “En 2011, la brasserie québécoise Durham faisait revivre le style traditionnel. La tendance arrive maintenant en France !”
    Quand tu me cites, ça serait pas mal de le faire correctement… c’est Durham Brewery, dans le nord de l’Angleterre, pas la micro québécoise Brasserie Dunham…

    – Fumé, le sahti finlandais ? ça serait une ces caractéristiques du style ? Euuuuhhhh, j’ai un gros méchant doute… ça serait pas plutôt seigle-genévrier-levure de boulanger, les trois points caractéristiques?

    • J’ai corrigé pour la citation, désolé pour cette mégarde.

      ah c’est possible. Mais à cette époque, tous les malts n’étaient pas fumés justement ? Du fait que le touraillage ne pouvait pas se faire dans un four électrique justement. C’était pas fait sur feu de bois ?
      Je me suis sûrement emmêlé les pinceaux… Un de mes premiers Sahti était fumé justement.

Répondre