Nouveau: une question sur la bière, le brassage ? Demander de l'aide à nos experts bière !

Interview d’Edouard Roussez co-fondateur de l’association Houblons de France

945 views

featured

A l’occasion de la campagne de promotion du premier comice du houblon, Happy Beer Time a eu l’occasion d’interviewer Edouard Roussez très impliqué dans la promotion du houblon et la fédération de la filière en France. Chez HBT on aime en savoir toujours un peu plus et filer un petit coup de pouce à ceux qui se lancent et donnent de leur temps pour de telles initiatives. Alors qui se cachent derrière Houblons de France et qu’est ce qu’ils veulent ceux là ?

Tout d’abord comme on l’a vu avec la révolution « craft » aux US, le houblon est l’une des composante indispensable à la réussite et la croissance des brasseries artisanales. Un produit de qualité, de nouvelles variétés et la disponibilité sont les postulats de la progression des brasseries, de la créativité des brasseurs, l’ingrédient clé qui façonne de nouveaux styles et crée une identité bien ancrée dans un terroir. Les houblonnières font partie intégrante de la filière brassicole et l’un ne fleuri pas sans l’autre !

En France au même titre que les brasseries ont été décimées par la vague d’industrialisation et de productivisme, les surfaces cultivées en houblons ont diminué au même rythme depuis l’âge d’or des années 30. Moins d’acheteur fragilisant la filière, un produit souffrant de prix d’achat toujours plus bas et de son manque de valorisation, ont failli précipiter sa perte. Depuis quelques années des personnes se battent pour redévelopper et promouvoir la filière, Edouard Roussez est l’un de ses passionné convaincu grâce à qui ce pari pourrait bien devenir réalité et aboutir à un nouvel essor du houblon qui serait bénéfique pour tous.

Bonjour Edouard, tu es là pour nous parler de Houblons de France, peux-tu expliquer aux lecteurs d’Happy Beer Time quel est ton rôle au sein de cette association?

J’en suis co-fondateur et président de Houblon de France depuis sa création en 2015. Je suis chargé de la mission promotion et relocalisation. En clair, j’identifie et je coordonne des projets de promotion et de communication et les initiatives de relocalisation (visites de houblonnières, gestion du projet des houblonniers parisiens, de la plateforme de distribution de plants…)

Peux-tu nous en dire plus sur ton parcours pour en arriver à vouloir fédérer la filière le houblon français ?

Je suis brasseur amateur depuis 2006 et fils d’agriculteur dans les Flandres. Après avoir travaillé un temps au Ministère de l’Agriculture, je me suis engagé dans la promotion de la bière à table depuis 3 ans sous le nom des Dîners Bons (devenu HOPUP). Cette proximité avec le monde de l’artisanat brassicole et agricole m’a permis de faire le constat que ces deux secteurs étaient déconnectés l’un de l’autre, et que cette incompréhension mutuelle amenait les brasseurs à se fournir à l’autre bout du monde pour trouver des variétés par manque de connaissance et de communication autour des variétés de houblon locales.

Ce qui nous révolte c’est que le nombre de houblonniers ne cesse de baisser en France depuis 50 ans alors que les brasseurs toujours plus nombreux se fournissent à l’autre bout du monde

Donc Houblon de France, c’est ça mais concrètement c’est qui ?

Oui à la base c’est ce constat fait à plusieurs du manque de promotion, d’accompagnement et une équipe qui s’est formée après un appel sur les réseaux sociaux. Trois membres forment aujourd’hui le bureau, Hans Bodart, Étudiant-Chercheur au CNRS, Marc Chenut, Ingénieur en Biologie cellulaire et moléculaire et moi-même. Mais ce sont aussi 41 membres, houblonniers, brasseurs et agriculteurs à la recherche de diversification.

On vous voit sur les forums et les réseaux sociaux proposer différents types d’actions quel est votre fil conducteur ?

Nous voulons réconcilier les brasseurs avec le houblon français !

Notre mission principale est de former, informer et fédérer à travers notre blog, notre site et les réseaux sociaux mais aussi d’organiser des événements, ateliers, conférences pour fédérer les acteurs de la filière. Nous travaillons aussi à accompagner la re-localisation en mettant en relation les acteurs des filières brassicoles locales autour du houblon et en accompagnement les néo-planteurs techniquement, juridiquement et financièrement quand c’est possible.
Et pourquoi ne pas rêver que l’on va aussi pouvoir produire autrement en favorisant des alternatives aux cultures conventionnelles et en réintroduisant des variétés anciennes.

Vous vous adressez beaucoup aux brasseurs amateurs: Est-ce pour vous important ?

Si les techniques de houblonnage et les variétés de houblons sont aussi diverses et pointues aujourd’hui, c’est grâce au travail des brasseurs amateurs. Leur force, c’est leur créativité, leur agilité et la mise en réseau des informations et des expériences. Nous sommes convaincus que les prochaines variétés de houblon français devront d’abord convaincre les brasseurs amateurs avant d’être réellement mises sur le marché par les houblonniers.
Nous proposons aux brasseurs, dans le cadre de notre crowfunding, de tester du houblon français mis à disposition par Le Comptoir Agricole et avons proposé en début d’année sur les forums la vente de plans ce qui nous permet de financer nos actions en plus de la promotion que cela apporte.

En quoi les brasseurs peuvent-ils vous aider dans vos actions ?

Les brasseurs ont la capacité d’amener la filière houblon dans la bonne direction, de la rendre moins dépendante des productions étrangères, de favoriser l’installation de houblonnières biologiques et locales. Dans les prochaines années, il y aura plusieurs dizaines de nouvelles variétés produites par des houblonniers installés partout en France, ils auront besoin des avis des brasseurs sur ces nouvelles variétés pour qu’ils adaptent au mieux leur production et ainsi, leur permettre d’en vivre.

La relation Houblonnier-Brasseur est selon nous essentielle à la construction et l’évolution de la filière

Vous organisez un comice du houblon qui est votre première grande action nationale, peux-tu nous en dire un peu plus ?

Le Comice du Houblon est la concrétisation de ces 2 ans de travail et de rencontres, c’est une journée entière d’ateliers et de tables rondes animées par des houblonniers, des brasseurs et des instituts techniques qui partageront leurs expériences : “Comment monter une houblonnière bio?”, “Comment évaluer la qualité de son houblon?”, “L’intérêt des variétés anciennes”, une journée gratuite et ouverte à tous les acteurs ou curieux de la filière brassicole.

Toutes les infos sur cet événement sont ici http://houblonsdefrance.fr/comice-du-houblon/ et vous pouvez même soutenir l’évènement à travers un crowfunding !

Quelle est la suite de vos actions ?

Publication d’un guide du néo-houblonnier, lancement de la plateforme de distribution de plants et rhizomes, mise en place de houblonnières et d’un annuaire et bien sûr, en Septembre, les récoltes partout en France !

Le Comptoir Agricole, premier producteur de houblon en France est à l’initiative d’un programme de recherche variétale qui va faire parler de lui dans le milieu des brasseurs !

Retrouvez toutes les infos sur le site http://houblonsdefrance.fr/ et suivez leur actualité sur le Facebook http://facebook.com/houblonsdefrance

Christophe B&B pour HBT news

Interview d’Edouard Roussez co-fondateur de l’association Houblons de France
5 (100%) 1 vote


Nouveau: une question sur la bière, le brassage ? Pose ta question aux beermen !
Tu as aimé cet article ? Suis-nous par e-mail

A propos de christopheb

Christophe B&B aime ce qui est un peu fou, sauvage, décalé et expérimental. Sa cuisine ressemble à un labo de savant fou et son salon est rempli de dame-jeanne toutes plus bizarres les unes que les autres... Mais on ne se lance pas là dedans sans les connaissances de bases, une hygiène irréprochable ! Il apprécie tout autant faire une bière blonde toute simple qu'une imperial Beliner Weisse aux fruits ou encore une bière de fermentation spontanée en barrique.

2 commentaires to “Interview d’Edouard Roussez co-fondateur de l’association Houblons de France”

  1. @Lost_Marc a dit :
    février 9, 2017 at 3:14

    Interessant! Je connaissais l’initiative Houblons de France, ca permet de decouvrir qui est derriere. Le territoire francais quasi-entier est situe a la latitude ideale pour faire pousser du houblon, donc on peut esperer aue d’ici 20 ans c’est nous qui fourniront les brasseurs europeens toutes les varietes aromatiques (niveau amertume on se dirige de plus en plus vers les extraits)!

    Par contre “Si les techniques de houblonnage et les variétés de houblons sont aussi diverses et pointues aujourd’hui, c’est grâce au travail des brasseurs amateurs.”…Pas d’accord, les varietes de houblons sont developpes entre agriculteurs et brasseurs (Big Beer pendant longtemps, Cascade et le recent African Queen par exemple). Les besoins/contraintes d’un brasseur et d’un amateur sont radicalement differents (sans parler du savoir-faire). Le developpement de nouvelles varietes doivent etre le resultat d’une cooperation entre microbrasseurs et les houblonniers, via le SNBI par exmple, si ils mettent un programme en place.

    A soutenir en tout cas pour le renouveau de la tradition brassicole francaise.
    Marc.

  2. christopheb a dit :
    février 9, 2017 at 3:48

    Bonjour Marc,

    Je partage ton enthousiasme sur le potentiel terroir français pour le houblon et je suis content que tu aies pu en découvrir un peu plus sur cette association. Pour les brasseurs amateurs, je pense qu’Edouard voulait dire (et je partage son point de vu) que la mise en test et l’expérimentation est beaucoup plus rapide avec des brasseurs amateurs qu’avec des plus grosses brasseries qui doivent respecter une gamme et un plan de production. On est tous des brasseurs (amateur ou pro, d’ailleurs je revendique les deux casquettes) et l’on fait les mêmes tests sauf qu’en France par exemple il y a 10 000 amateurs pour 1000 brasseries pro. A l’exemple des USA où les deux bosses en synergie, les brasseurs amateurs talentueux apportant leur savoir faire à des brasseries pro et les brasseries pro se servant des amateurs comme vivier d’expérimentation.

    J’ai peut être une vision utopique mais ça se passe aussi comme ça en France ou beaucoup de brasseries ont un ou plusieurs amateurs qui expérimentent pour eux en arrière plan des recettes, des process ou des variétés de houblons… Ce serait dommage pour les deux de s’en priver. Mais je suis d’accord que tout le monde doit travailler main dans la main et que les houblonniers doivent aussi savoir écouter les contraintes et les exigences des pros.

    Au plaisir

    Christophe

Répondre