Nouveau: une question sur la bière, le brassage ? Demander de l'aide à nos experts bière !

Peut-on planter du houblon dans son jardin ?

4 721 views

featured

Ça faisait un moment que je voulais planter un pied de ma plante grimpante favorite dans le jardin. Un beau jour de Mars, je me rends tout excité sur mon site de vente de produits brassicoles favori pour acquérir un précieux rhizome de Citra.

Capture d’écran 2015-05-02 à 12.41.19

Quelle ne fut pas ma déception de voir que cette variété faisait partie de la longue liste des variétés de houblons “propriétaires” qu’on n’a pas le droit de planter chez soi…

Cette petite frustration était l’occasion de comprendre le système de propriété intellectuelle dans le domaine du houblon, de voir pourquoi le Certificat d’Obtention Végétale permet de favoriser la recherche du développement de nouvelles variétés et que contrairement à d’autres domaines, cette application au houblon du brevetage sur le vivant semble utilisée sans accrocs.

Le concept du brevet

Un brevet classique permet à l’auteur d’une invention ou d’un procédé d’en avoir l’exclusivité d’exploitation commerciale. Le produit ou le procédé doit être nouveau. Et si une entreprise ou une personne veulent utiliser une invention brevetée, elles doivent obtenir une licence d’exploitation de l’inventeur et devront payer des redevances (royalties). Le brevetage encourage la recherche privée en permettant à l’inventeur (ou son employeur) de profiter du fruit de son travail.

Le Certificat d’Obtention Végétale

Pour les variétés végétales, on ne parle pas de  « brevet » mais de « protection variétale ». Elle se fait par obtention d’un Certificat d’Obtention Végétale (COV).

bandeauinovbd

 

 

La durée de vie d’un COV pour le houblon est de 25 ans. Durant ce temps, tant que le détenteur du COV veut garder son titre de propritété, il doit payer des taxes annuelles croissantes*.

Celui qui a investi dans le développement de nouvelles variétés de houblon, pourra ainsi garder le contrôle sur ses variétés, et profiter le cas échéant de leur utilisation par une tierce partie.

Par exemple pour faire pousser de l’Aramis, du Bouclier ou du Triskel, il faudra demander l’autorisation à la Cophoudal qui a déposé ces variétés en 2011 et 2012.

Bernadette LAUGEL, Cophoudal, témoigne de l’intérêt pour eux du COV:

“Comme tous les producteurs de houblon alsaciens (conventionnel ou bio) font partie de la coopérative, il n’y a aucun problème de distorsion ou autre. Ils ne payent pas de royalties. Cela évite simplement que d’autres pays producteurs puissent les planter et en vendre la production alors que nous y avons consacré beaucoup d’énergie, de temps et de travail que ce soit pour la création de la variété (croisements, notations, tests, sélection) ou pour la faire connaitre auprès des brasseurs.”

 

shutterstock_265539761

En effet, développer ces nouvelles plantes est très onéreux. Il peut se passer plus de 10 ans entre le premier croisement et la mise sur le marché d’une variété. Et pour chaque variété déposée, plusieurs millions sont abandonnées en route (chapitre 3).

En ce qui me concerne, pour cultiver du Citra il faut obtenir une autorisation de the Hop Breeding Company, qui a déposé la variété en 2007.

Capture d’écran 2015-05-01 à 14.52.02

Historique du développement de nouvelles variétés de houblon

Les variétés de houblon, n’ont pas toujours été protégées par ce système, comme nous l’explique Bernadette LAUGEL.

“Autrefois, les variétés de houblon n’étaient pas protégées car c’étaient des variétés historiquement cultivées dans les différentes régions. Les 1ères variétés sélectionnées par les grands pays producteurs de houblon ne l’étaient pas non-plus. Cela a changé depuis une vingtaine d’année car le marché est très concurrentiel.”

hoppickers_1998634i

 

Historiquement, les plantes évoluaient au rythme des sélections d’une année sur l’autre des meilleurs plants. A partir du début du 20ème siècle, avec le développement de la recherche et des techniques de sélection et d’hybridation tout s’est accéléré.

Dans un premier temps, le développement de nouveaux plants était focalisé sur des variétés plus résistants au mildiou, avec de meilleurs rendements et contenant plus d’alpha acides (le composé à l’origine de l’amertume). Ainsi, des houblons traditionnels (Goldings, Tettnanger,…) contenant en général 3-4 % d’alpha acides, on est passé au Cascade (1972) qui contient dans les 7% d’alpha acides, et par une multitude d’autres plants dont le Centennial (1990, 10%) jusqu’a l’Apollo (2006) qui peut monter jusqu’à 19%!

En parallèle, à partir des années 80, certains brasseurs novateurs américains se sont rendu compte que ces nouveaux plants possédaient également des propriétés aromatiques intéressantes. Ils s’en sont servi pour développer et mettre sur le devant de la scène les styles emblématiques du mouvement craft: American Pale Ale et India Pale Ale en tête de file. La popularité de ces styles a à son tour encouragé le développement de nouvelles variétés, mais ce coup ci c’est le coté aromatique qui était mis en avant. A tel point qu’aujourd’hui la recherche se focalise principalement sur ce dernier aspect.

BOBBrewery1

Ainsi, chaque année, de plus en plus de nouvelles variétés sont mises sur le marché permettant aux brasseurs de laisser libre cours à leur imagination et aux consommateurs de découvrir de nouvelles saveurs.

Conclusion

Dans le domaine du houblon, la Certification d’Obtention Variétale permet donc d’encourager le développement de nouvelles variétés, en permettant aux organismes les ayant créées de garder le contrôle sur la plante pendant 25 ans avant qu’elle ne tombe dans le domaine public.

Ces variétés apportent des propriétés nouvelles et intéressantes. Pour le producteur: résistance accrue aux maladies et meilleurs rendements. Pour le brasseur: plus d’alpha acides donc plus rentables. Pour le consommateur: nouveaux styles, nouvelles saveurs.

Ceux qui ne veulent pas payer de royalties peuvent cultiver les variétés historiques, celles tombées dans le domaine public ou celles développées par des programmes publics.

Jusqu’à cette petite recherche, j’étais plutôt hostile au principe de brevetage sur le vivant. Mais l’exemple du houblon montre bien que le problème, lorsque problème il y a, ne vient pas du principe même de brevetage mais des abus qui en sont faits: imposer des plants brevetés à l’agriculteur, contourner les règles pour déposer des plantes historiques, etc. Pour le houblon, qui est utilisé dans le cadre d’une consommation de loisir, le brevetage semble bénéficier à l’ensemble du secteur. Sauf peut-être au jardinier du dimanche!

Mais il faut que je me rende à l’évidence. Sans système de protection, mon pied de Citra n’aurait probablement jamais été développé et pour résumer le tout dans un paradoxe digne de Stephen Hawking: si je pouvais le planter, il n’existerait pas!

Après toutes ces émotions, il ne me reste plus qu’à me décapsuler une petite Citra Pale Ale faite maison, et regarder pousser tranquillement mon pied de Chinook!

chinook

En bonus voici une petite table de houblons propriétaires connus avec leur date de mise à disposition du public**:

Amarillo 2025
Bravo 2031
Citra 2032
El Dorado 2035
Mosaic 2037
Nelson Sauvin 2025
Simcoe 2025

 

* cf. commentaires pour les détails

** Année de mise sur le marché +25.

 

Pour planter son houblon, il est possible d’acheter des graines.

Peut-on planter du houblon dans son jardin ?
5 (100%) 1 vote


Nouveau: une question sur la bière, le brassage ? Pose ta question aux beermen !
Tu as aimé cet article ? Suis-nous par e-mail

A propos de matthieu

Matthieu Rolland est un mec qu’il est interdit d’appeler Matthieu, ou Rolland, car son vrai blason est bel et bien « Matthieu Rolland ». Troubadour déluré au crane dénudé, ce joli brin de jeune homme n’est rien de moins qu’un super-héros des temps modernes. Mais quel est donc son super-pouvoir ? Voir la description complète de Matthieu→ Matthieu est aussi créateur d'une future microbrasserie dans le Sud de la France, pour suivre ce projet, suivez la page Facebook de la brasserie Rolland.

12 commentaires to “Peut-on planter du houblon dans son jardin ?”

  1. Super article! 🙂

    • matthieu a dit :
      mai 8, 2015 at 5:08

      ah ben merci!

      • Question: imaginons que tu veuilles te la jouer clandestin, c’est possible ? Genre, le Citra c’est introuvable en plant ? Parce que si tu plantes du Citra pour ta propre consommation, je doute que la ferme américaine vienne te trouver.

        • matthieu a dit :
          mai 9, 2015 at 9:18

          Ben du coup la seule manière de pouvoir faire pousser chez soi du Citra c’est de faire une opération commando de nuit et de piquer un rizhome… ce qui est illégal

  2. PascaleW a dit :
    mai 11, 2015 at 9:03

    Bonjour,

    Merci pour cet article…

    Concernant les redevances annuelles pour le maintien de la validité du certificat, voici les infos de 2014. Par contre, il y a également des redevances à payer au moment de la demande et au cours de la procédure avant l’obtention du certificat…

    Pour les espèces de catégorie A (plantes de grande culture sauf riz et lin, plantes horticoles et potagères, fraisier, plantes ornementales cultivées pour la fleur coupée): 1ère annuité = 39,03 € / 2ème annuité = 54,73 € / 3ème annuité = 70,28 € / 4ème annuité = 93,76 € / 5ème annuité = 117,23 € / 6ème annuité et plus = 140,71 €

    Pour les espèces de catégorie B (arbres fruitiers et forestiers, arbustes à baies ou à petits fruits, lin, riz, vigne) : 1ère annuité = 23,48 € / 2ème annuité = 31,25 € / 3ème annuité = 39,03 € / 4ème annuité = 46,80 € / 5ème annuité = 62,50 € / 6ème annuité et plus = 93,76 €.

    Pour les espèces de catégorie C (plantes et arbustes ornementaux cultivés uniquement pour le jardin ou en pot, lavande, lavandin, thym) : 1ère et 2ème annuités = 15,70 € / 3ème et 4ème annuités = 31,25 € / 5ème annuité et plus = 46,80 €.

    Cdlt,

    • matthieu a dit :
      mai 11, 2015 at 8:07

      Merci beaucoup pour ces infos. Je vais mettre un lien dans l’article vers votre commentaire détaillé. De quel COV s’agit-il? Pour la France?

  3. Florent@zymotik a dit :
    mai 11, 2015 at 7:54

    Super, très intéressant!!
    Florent

  4. Stéphane a dit :
    mai 19, 2015 at 10:45

    Super intéressant Matthieu !! 🙂

  5. Super article, merci! C’est dommage que les houblons de mes bières favorites soit tous interdit à cultiver à la maison!

  6. Super article que je viens de découvrir avec un peu de retard… Du coup est-il possible de savoir quels houblons sont protégés ou pas en dehors de ton tableau ? Ou peut-on trouver ces infos quand on et un anglophone médiocre ?
    Je souhaite planter chez moi mais ne veux pas être “hors la loi”.

Répondre