Nouveau: une question sur la bière, le brassage ? Demander de l'aide à nos experts bière !

« Le Débat de midi », une émission désolante sur la bière

808 views

featured

Actuellement à l’étranger, c’est avec intérêt que je me suis réveillé ce matin à 6h20, décalage horaire oblige, afin d’écouter l’émission Le débat de midi, sur France Inter, dont la question était « Pinte ou ballon, à quoi trinque-t-on ? » présentée par Thomas Chauvineau. Emission à réécouter ci-dessous.

Première question de l’animateur à Christophe Noyon, brasseur présent dans le studio :
« Avez vous l’impression que votre métier de brasseur est moins noble que celui de vigneron ? »
whaaaaat-
Cela commence bien, j’ai failli recracher mon café …  Après tout ce n’est que le début, j’espère que le niveau va s’élever un minimum, nous sommes quand même sur France Inter !
Et puis arrive la première intervention de Marc Lagrange, chirurgien et amateur de vin, qui souligne les « effets maléfiques » de la bière et la responsabilité de cette dernière dans de nombreux accidents de la route, ce qui ne concernerait pas le vin, boisson « plus élitiste » pour reprendre ses propos.
Cette fois-ci mon café n’a pas tenu le choc … Et les réactions sur Twitter n’ont pas tardé.

 

Malgré le fait que la majorité des intervenants s’alignent sur l’idée (d’ailleurs très juste) qu’il n’y a pas besoin de choisir entre ces deux boissons et que chacune d’entre elles possède ses particularités et ses moments de dégustation, l’animateur persévère :

 

« Mais vous ne préférez ni l’un, ni l’autre, Claude ? Entre nous, dîtes le ! »  

 

Et Thomas Chauvineau ne cesse de confronter le raisin au houblon en espérant (surement) faire monter le ton entre les 2 camps.

 

Une légère éclaircie se fait ressentir sur le plateau avec l’intervention, par téléphone, de  Jean-Pierre Decool, député du Nord à l’initiative de l’inscription de la bière, « le champagne du Nord-Pas-de-Calais » dit-il,  au patrimoine gastronomique français en juillet dernier. Une avancée saluée par l’ensemble du monde brassicole puisque prometteuse pour l’avenir des bières artisanales en France.

 

JPdecool

 

Mais rassurez vous, les clichés reviennent très vite et c’est même Thomas Chavineau, l’animateur de l’émission, qui essayera, auprès du député du Nord, de confirmer le fait que les gens de gauche boivent plus de bières … Le député rejettera évidemment cet apriori déplacé.

 

Nouvelle intervention de Marc Lagrange (homme du match), qui nous rassure sur l’aspect inoffensif des pesticides appliqués aux vignes avant de réaffirmer sa position « La bière, peut être entre les repas, mais à table, quand même, gardons le vin » et ne se gêne pas de résumer l’avenir de la bière dans la gastronomie uniquement « autour d’une choucroute » pour reprendre ses mots.

 

A ce moment là, je n’ai plus de café à recracher … Et encore une fois Twitter réagira rapidement sur cette sortie à la limite de la provoc’.

 

 

 

 

Ce qui n’empêchera pas notre chirurgien de faire appel a de nouveaux clichés archaïques, notamment au sujet des habitudes de consommations hommes/femmes :

 

Marc Lagrange :       – Comme toutes ces dames j’adore le goût du blanc.

L’animateur :             – C’est sexiste ça, je connais aussi des hommes qui adorent le goût du

                                   blanc et des femmes qui aiment beaucoup les vins vieux.

Marc Lagrange :       – Ah bon ? Ouai …

 

Cette fois ça y est, il arrive à me faire regretter mon réveil de 6h20.

 

 

Petit résumé :

  • Emission de 45 minutes
  • Seulement 30 secondes consacrées aux étapes d’élaboration de la bière.
  • Un florilège de clichés en totale contradiction avec l’actualité du monde brassicole.
  • Point positif : celui de parler du « biérotourisme » et des visites de micro-brasseries qui deviennent une véritable tendance.
  • Des internautes particulièrement déçus de cette émission qui s’annonçait comme une belle opportunité de prise de parole sur une grande radio française.

 

Pourquoi devoir choisir entre ces deux fiertés du patrimoine français ? Comme l’a très bien dit Didier Nourisson, historien : « ce qu’il faut choisir, c’est le moment ».

Les consommateurs n’ont absolument pas besoin de choisir leur camp et encore moins de se radicaliser en s’enfermant dans un seul mode de dégustation. Ne dit-on pas que le plaisir né dans la diversité ?

 

 

Pour conclure, Marc Lagrange, chirurgien pro-vin (ou anti-bière, je ne sais pas) affirme ne jamais avoir entendu un « Ah putain qu’est ce que c’est bon », selon ses mots, au sujet d’une bière. Donc chers Beermens, n’hésitez pas à partager cet article et réagir dans les commentaires pour faire valoir la richesse et l’émotion que peut véhiculer ce breuvage que l’on aime tant !

 

 

@zeTerroiriste

« Le Débat de midi », une émission désolante sur la bière
Notez cet article


Nouveau: une question sur la bière, le brassage ? Pose ta question aux beermen !
Tu as aimé cet article ? Suis-nous par e-mail

A propos de Jules Gaubert-Turpin

Fondateur de l'Atelier Plum, une agence de communication orientée gastronomie et tourisme basée à Bordeaux. Auteur de "La Carte des Vins s'il vous plaît" Et pour des # qui parlent du terroir : @BreveDeTerroir

8 commentaires to “« Le Débat de midi », une émission désolante sur la bière”

  1. Je n’étais pas là pour l’écouter, je vais l’écouter et linker ton article 😉

    Je vais me cogner le petit orteil sur la commode histoire de me mettre dejà bien en colère!

  2. Chaggal a dit :
    août 7, 2014 at 1:16

    Mais touche à ton cul et sens ton doigt Marc Lagrange! Deux fois même!

  3. Chaggal a dit :
    août 7, 2014 at 1:37

    Et derrière ce commentaire, il ne faut voir, en effet, qu’une métaphore et rien de médisant. J’aime le vin, j’aime la bière, mais là, là c’est trop. Comment comparer la bière avec le vin? Comment comparer des matières aussi nobles? Comment comparer un hectare de Pouilly Fumé et un hectare de pavot en parlant de la bière? Vous êtes, certes, un amateur de vin, sexiste, certes, mais n’en parlons pas. Parlons des senteurs, des arômes, des houblons, des levures, tout comme nous parlons de cépages, du vieillissement en fût de chêne, de la peau de mes rouleaux… Je voulais développer mais vous m’avez énervé. Touche à ton cul et sens ton doigt. Deux fois même!

  4. stephan a dit :
    août 7, 2014 at 2:02

    ce n’est pas avec ce genre de commentaire que tu vas relever le niveau des amateurs de bières ! pauvre France

  5. Bon, le chirurgien n’est qu’une caricature de vieux réac. Au-delà de ça, quand j’entends des termes comme “Produit noble”, “terroir”, ça me hérisse le poil. C’est complètement con de vouloir appliquer les concepts du monde du vin à la celui de bière. Pitié quoi. (un caviste vous parle)

  6. Simon@problème avec la licence a dit :
    août 7, 2014 at 7:09

    “2 grammes dans chaque bras, de bière” … Parce que c’est bien connu, les accidents de la route n’arrivent qu’après consommation de bière, les autres alcools sont bien plus sûrs de consommation ! ^^
    Que de mauvaise foi ! C’est incroyable de la part d’un médecin de pouvoir tenir un discours pareil.

  7. Yannick a dit :
    août 8, 2014 at 12:20

    De toute façon, ce n’est jamais la peine d’écouter les émissions avec le mot “débat” dans le titre. Elles se résument toujours à l’oppostion manichéenne, parfois artificielle entre deux “camps” qui doivent s’opposer vivement. Mais pas trop, car si un des invtés quitte le plateau, l’animateur reste comme deux ronds de flanc. Honnêtement je n’attendais pas plus de France Inter, station qui exhale un élitisme et un entre soi étouffants au bout de 5 minutes d’écoute.
    C’est dur à dire, mais ce n’est plus là qu’on trouvera de l’ouverture d’esprit, ou alors dans un seul sens (parisianisme mondialisé ayant l’illusion d’être progressiste/de gauche).

  8. Magnifiquement affligeant. De la part du présentateur premièrement et de Marc Lagrange, qui est tout simplement bête en fait. Je n’arrive même plus à lui en vouloir lorsqu’il parle du blanc et des dames, et surtout de sa réaction face à ce débat.
    Forcément, tant qu’il y aura des gens comme ça, la France ne pourra pas RE-devenir le pays de la bière.

Répondre