Nouveau: une question sur la bière, le brassage ? Demander de l'aide à nos experts bière !

Le jour où Londres se noyait sous la bière

995 views

featured

Nous savons tous qu’il pleut énormément à Londres. Il ne serait donc pas étonnant de savoir que Londres fût un jour inondé. Mais en ce lundi 17 Octobre 1814, ce n’est pas une averse météorologique qui causa l’inondation de la ville, mais bien la bière. Oui, tout comme moi vous devez penser que les Londoniens avaient bien de la chance. Qui ne rêverait pas de connaître une inondation de bonne bière dans son quartier ou sa ville ? Cependant ce malencontreux accident a causé 9 morts, ce qui est en définitive est une bien moins drôle nouvelle.

Meux’s Brewery Co Ltd

Meux’s Brewery Co Ltd est à ce jour la seule brasserie dans le monde, qui ne fera jamais de publicité mensongère en annonçant “Free Beer”. Cette brasserie est fondée en 1764 sous le nom initial de Horseshoe Brewery (fer à cheval). La brasserie fût ensuite rachetée en 1809 par Henry Meux et ainsi changea son nom commercial en Meux’s Brewery. La Brasserie qui se situait entre Tottenham Court Road et Oxford Street a grandi très vite en rachetant de nombreuses brasseries locales. Plusieurs types de bières sont produites, le fer de lance de Meux’s Brewery est sa Porter. Un incontournable dans Londres à cette époque. La production est gigantesque, plus de 103,502 barils annuel. La cuve principale, de plus de 6 mètres de haut, accueille  511,920 litres de bières. Une sacrée performance pour le début du 19ème siècle.

Meux's

Le désastre

Ainsi arrive le fameux Lundi 17 Octobre. La bière fermente depuis plusieurs mois dans les cuves, comme il est nécessaire pour une Porter. Soudain, vers 18h00, un des cercles métalliques soutenant la cuve de Porter, a littéralement explosé. La monstrueuse vague s’échappant de son contenu a provoqué une réaction en chaîne dans la Brasserie. Cet effet domino a provoqué un déluge 1,470,000 litres de bières. Tout ce précieux breuvage, a brisé les murs de la brasserie pour s’enfuir dans les rues de Londres. La zone aux alentours était malheureusement un bidonville, avec une population très prolétaire et des habitations surpeuplées. Le beer-tsunami a emporté plusieurs maisons dans sa course dont un pub, ce qui a provoqué la mort de la serveuse de 14 ans et des clients présents.

Certains malins, craignant de voir toute cette bière finir dans les égouts de la ville, se sont munis de sauts, casseroles et marmites pour récupérer le liquide. Une mini émeute éclata ensuite avec l’affût des nombreux blessés “par bière” à l’hôpital du quartier. En effet, plusieurs patients se sont plaints de ne pas avoir été, eux aussi, arrosés en alcool.

Au total, l’inondation tua 9 personnes. La plupart sont mortes noyées, d’autres à la suite de leurs blessures et un dernier quelques jours plus tard à cause d’une intoxication alcoolique. Ce dernier, à la particularité d’être mort en “héros”, il essaya d’endiguer le flot de la vague en buvant autant de bière que possible sur son passage.

Un acte de dieu

La brasserie a finalement été portée devant les tribunaux sur l’accident, mais la catastrophe a été jugée comme un “acte de Dieu” par le juge et le jury, ne nommant aucun responsable. Les victimes ont été déclarées “décédées par accident”. La société a continué à travailler normalement malgré l’incident. Elle a cependant eu beaucoup de mal à faire face aux conséquences financières de la catastrophe, avec une perte importante du chiffre d’affaires.

La brasserie a été démoli en 1922, et aujourd’hui, le Dominion Théâtre occupe une partie du site de l’ancienne brasserie.

Le jour où Londres se noyait sous la bière
Notez cet article


Nouveau: une question sur la bière, le brassage ? Pose ta question aux beermen !
Tu as aimé cet article ? Suis-nous par e-mail

A propos de cyril

Une vielle légende urbaine prétend q’un lointain trésor serait enfouis quelques part. Oui , c’est à l’aide de ces indications plus que vague que Cyril s’est lancé sur les routes à la recherche de l’inconnu. Voir le profil complet

7 commentaires to “Le jour où Londres se noyait sous la bière”

  1. Laurent Mousson a dit :
    février 27, 2014 at 9:53

    A toutes fins utiles, pour ceux qui lisent l’anglais, un décorticage historique, au-delà de la légende, de l’événement par Martyn Cornell, une des références en matière d’histoire brassicole au Royaume-Uni : http://zythophile.wordpress.com/2010/10/17/so-what-really-happened-on-october-17-1814/

  2. Merci Laurent !

  3. Stéphane a dit :
    février 28, 2014 at 11:21

    Une anecdote originale, bien que s’étant mal terminée pour quelques malchanceux…

  4. Quel mort tragique!!

    Au début en lisant l’article je pensais que c’était une histoire montée de toutes pièces mais apparemment ce n’était pas le cas.

Répondre