Nouveau: une question sur la bière, le brassage ? Demander de l'aide à nos experts bière !

39 anecdotes sur la bière pour bluffer ses amis en soirées

3 205 views

featured

Le mot “bière” vient du latin “Bibere“, signifiant “Boire”. (Je n’ai pas dit Bieber!!)

 

Au 13ème siècle, il était courant de baptiser les enfants à la bière.

Les 8 vitamines B se retrouvent au sein de la bière.

Les moines brassant de la bière au Moyen-âge, était autorisés à en boire plus de 3,5 litres par jour.

Avant que les thermomètres soient inventés, les brasseurs trempaient leur pouce ou un doigt dans la préparation afin de savoir si la température était adéquate à l’ajout de la levure. Trop froide, la levure n’agirait pas. Trop chaude, la levure mourrait. La « règle du pouce » vient de ce doigt dans la bière.

 

Le journal d’un passager du Mayflower, vaisseau transportant les pères fondateurs des « USA » en 1620, indique que le bateau s’est arrêté à « Plymouth Rock » car il n’y avait plus de bière.

Selon la légende, la première bière fut inventée par un ancien Sumérien (Irakien) en laissant un bout de pain sur le côté jusqu’à ce que la levure fermente.

Le houblon était utilisé pour sa saveur dès l’an 400 par les Juifs à Babylone. Cependant, les historiens pensent que le houblon était utilisé pour ses propriétés antiseptiques. En l’ajoutant, les brasseurs n’étaient pas obligés d’avoir un haut taux d’alcool qui empêche la détérioration de la bière. Ce qui signifie moins de grains, et donc plus de profit.

Il y a 19 versions différentes de Guinness.

La bière n’a été vendue en bouteilles qu’à partir de 1850. Les amoureux de la bière devaient prendre un seau jusqu’à leur bar pour le remplir et repartir chez eux.

Durant l’occupation romaine, les Gaulois inventèrent le mot «brace» à l’origine des mots brasserie, brasseur…

En 1116 avant JC, un édit de l’empire Chinois affirmait que pour aller au paradis, il fallait boire de la bière.

D’après le code d’Hammourabi d’ancienne Babylone (1750 avant JB), un marchand pouvait être condamné à mort s’il diluait la bière qu’il vendait.

A la même époque, en Chine, existe et s’étend le Tsiou. Bière obtenue à partir du millet. En Amérique précolombienne, on privilégie le maïs alors qu’en Amérique du Sud on favorise le manioc. Enfin, en Afrique centrale et australe, c’est le sorgho qui est utilisé pour produire le précieux liquide. Petite anecdote sur cette période de l’histoire de la bière: Lorsque la transformation de l’amidon en sucres posait problème, ce sont des jeunes filles vierges qui prémâchaient la matière première. Les enzymes de la salive offraient une dégradation de l’amidon plus rapide.

Des traces de bière, datant de 1500 avant JC, ont été retrouvées au Danemark.

Il y a quelques centaines d’années, certains consommateurs utilisaient une innovation, trouvée dans un roman, pour être servis rapidement. En effet, un sifflet était incorporé à la chope lors de la cuisson de celle-ci qui était en terre cuite, en faïence, etc.

Au 11ème siècle, Arnoult de Soissons, un évêque du monastère bénédictin de Soissons, commença à brasser sa propre bière. Il encouragea la population à boire de la bière au lieu de boire de l’eau pour ses effets bénéfiques (la bière était « meilleure » car elle était bouillie et stérilisée). On ne s’étonne pas qu’il soit désormais un saint…

La bière, comme beaucoup boissons alcoolisées, est faite grâce à la fermentation qui est causée par une “bactérie” s’alimentant des cellules de la levure, puis en les “déféquant”. Cet excrément est appelé « alcool ».

La bière la plus forte au monde est « l’Armageddon », qui affiche 65° d’alcool par volume.

Cela aide toujours d’avoir une loi définissant à partir de quel point une personne est considérée légalement ivre. Dans l’état du Kentucky, une personne est considérée comme sobre tant qu’elle n’est pas par terre. D’un côté, Tous les citoyens du Kentucky sont obligés par la loi à prendre au moins un bain par an.

Dans les années 1970, l’Australie était le troisième pays consommant le plus de bière au monde, derrière l’Allemagne et la Belgique. A la fin des années 1990, elle n’apparait même pas dans le top 10.

La bière est la seconde boisson la plus populaire au monde. Derrière le thé.

Pour vous débarrasser de la mousse de votre bière, trempez-y un doigt quelques instants.

La Bavière définit toujours la bière comme un aliment de base.

La plus vieille recette écrite connue est pour une bière.

La tégestophilie est le fait de collectionner des sous-bocks de bière, ou, par extension, des objets liés à la bière tel que des verres, capsules, bouteilles…

Les égyptiens croyaient qu’Osiris, le dieu de l’agriculture, avait appris aux humains comment fabriquer de la bière.

La « Samuel Adams Utopia » de la brasserie Samuel Adams est la bière la plus chère au monde. Elle coûte environ 145€ pour 710 mL. Pour sa création, des levures spéciales sont élevées et cultivées. Celles-ci se montrent particulièrement résistantes aux hautes températures de fermentation. La bière est également vieillie dans des fûts de chêne ayant contenu du cognac, du bourbon, du scotch et du porto, et ce durant 10 mois. A noter que pour des raisons de législation, la Samuel Adams Utopia est interdite de vente dans divers états américains. Diverses bières furent plus chères mais elles sont épuisées.

« Skol » vient du suédois skål qui signifie « à votre santé. ». Il tire son origine du mot désignant un bol fabriqué à l’origine à partir du crâne (skull en anglais) évidé.

En 1965, un décret royal belge a exigé que les lambics doivent contenir un minimum de 35% de blé.

Si vous jetez des cacahuètes dans un verre de bière, vous les verrez danser.

Juillet est le mois de la bière, pour les américains.

En 1674, l’université prestigieuse d’Harvard avait sa propre brasserie.

La bière arriva en Egypte, par Babylone. Elle y était appelée « Zythum » qui signifie « Vin d’orge ».

Les romains exportèrent la bière en Gaule, où les Celtes l’appelèrent « Cervoise » en référence à Ceres, la déesse des moissons.

Le 1er brasseur de métier est apparu en 1259.

La première « pils » naquit en 1842. Cette bière à fermentation basse fut brassée par la brasserie Pilsner Urquell.

Aux 8ème et 9ème siècle, Charlemagne ordonna que chaque ferme soit pourvue d’au moins un artisan ou un ouvrier sachant brasser la cervoise.

Diodore de Sicile explique dans l’un de ses écrits, en 100 avant JC, que “quand un pays ne sait produire des vignes, on trouve une boisson à base d’orge“.

Avec ces anecdotes, vous allez pouvoir faire les intéressants la prochaine fois, avec vos amis ! 😉

39 anecdotes sur la bière pour bluffer ses amis en soirées
Notez cet article


Nouveau: une question sur la bière, le brassage ? Pose ta question aux beermen !
Tu as aimé cet article ? Suis-nous par e-mail

A propos de Pierrick

Tandis que ces origines sont polonaises, Pierrick a été bercé dans le noyau français de la bière, le Nord. Voir la description complète de Pierrick→

6 commentaires to “39 anecdotes sur la bière pour bluffer ses amis en soirées”

  1. Hollyhop@Beersnob a dit :
    juillet 22, 2013 at 10:29

    Salut,

    Heu l’affirmation ci-dessous est très étrange…
    “La bière, comme toutes les boissons alcoolisées, est faite grâce à la fermentation qui est causée par une bactérie s’alimentant des cellules de la levure, puis en les déféquant. Cet excrément est appelé « alcool ».”
    La fermentation est faite par des levures ou des bactéries. Elles utilisent le sucre et le transforment en alcool…
    En plus, parler de “déféquer” ou d’ “excréments” pour des bactéries, ça n’a pas de sens. Elles n’ont pas d’anus… 😉

    Bonne journée !

    D

  2. toujours bon à savoir, merci pour les anecdotes !

  3. Des anecdotes sympas, mais quelques inexactitudes !

    “Il y a 19 versions différentes de Guinness.” : il y en a au moins 22. Plus si on prend en compte les variantes de certaines recettes. Par exemple, la Guinness Foreign Extra Stout vendue en Chine fait 5°, celle vendue en Malaisie en fait 8°.

    “La bière, comme toutes les boissons alcoolisées, est faite grâce à la fermentation qui est causée par une bactérie s’alimentant des cellules de la levure, puis en les déféquant. Cet excrément est appelé « alcool ».” : faux ! Tout d’abord, certaines boissons alcoolisées sont obtenu par distillation (whisky, vodka, rhum…), même si à la base il y a effectivement un début de fermentation. Quant aux alcools simplement fermentés (vin, bière, cidre…), il n’est pas question que des bactéries s’alimentent de cellules de la levure ! La levure est un organisme vivant (un mycète, pas une bactérie) qui consomme les sucres simples (aussi appelé fermentescibles) qui ont été synthétisé à partir de l’amidon du malt pendant le brassage. En consommant ces sucres les cellules de levure vont effectivement produire de l’alcool et du CO2. Des bactéries peuvent également réaliser une fermentation alcoolique dans le moût si les installations de brassage sont mal nettoyées : mais dans ce cas on parle de contamination et la bière aura un goût désagréable.

    “La bière la plus forte au monde est « l’Armageddon », qui affiche 65° d’alcool par volume.” : il s’agit désormais de la Snake Venom de la Brasserie écossaise Brewmeister (la même qui brasse la Armageddon), elle fait 67,5° !

    “Dans les années 1970, l’Australie était le troisième pays consommant le plus de bière au monde, derrière l’Allemagne et la Belgique. A la fin des années 1990, elle n’apparait même pas dans le top 10.” : si, elle est aux alentour de la 4ème place en depuis de nombreuses années. Avec 110 litres par habitants et par an.

    “La « Samuel Adams Utopia » de la brasserie Samuel Adams est la bière la plus chère au monde. ” : les bières de la Brasserie trappiste Westvleteren peuvent atteindre un prix bien plus élevé chez des revendeurs. Même si, en principe, ils ne sont pas censés les revendre !

    • Hollyhop@Beersnob a dit :
      novembre 20, 2013 at 6:06

      A noter que parfois, les bactéries sont ajoutées volontairement pour les caractéristique qu’elles peuvent apporter. Par exemple les bactéries lactiques qui confèrent un petit côté acidulé à la bière (Berliner Weisse, par ex). On ne peut donc pas parler de contamination dans ces cas là.

      • Pierrick a dit :
        novembre 20, 2013 at 10:55

        Je fais mon mea culpa pour l’histoire de la “bactérie” et le “déféquer”. L’utilisation des guillemets permettra au lectorat de se renseigner un peu plus s’il le souhaite…

        Concernant l’Utopia. Nous parlons du prix officiel de la bière. Et non des revendeurs. Après, avec le temps, ces bières ne seront plus les chères. C’est comme l’histoire de l’Armageddon. Au 09/06/2013, c’était la bière la plus forte au monde… Nous avons écrit sur la Snake Venom la semaine dernière.
        https://www.happybeertime.com/blog/2013/11/13/snake-venom-675-nouvelle-biere-forte-du-monde/
        Qui n’est pas la plus forte car la “Mistery of Beer” de Tkoelschip titre à 70%!
        http://www.brouwerijhetkoelschip.nl/website/bier

        L’australie est aux alentours de la 4ème depuis le début des années 2000. Cependant, auparavant elle n’a fait que dégringoler au classement jusqu’à la fin des années 90… Selon “l’INSEE” australien…

        Pour la Guinness, je vais me renseigner car sur le net, je ne vois que 19 versions pour l’instant… Je vais vérifier divers sites! ^^

        • Hollyhop@Beersnob a dit :
          novembre 21, 2013 at 11:32

          Plus que le “déféquer” , c’est la partie “« bactérie » s’alimentant des cellules de la levure” qui est gênante car totalement erroné… cf mon premier commentaire et celui de Steph…

Répondre