Pour soutenir le blog, cliquez et achetez vos "craft beers" sur Find a Bottle

J’ai (enfin) goûté la Gregorius, la nouvelle trappiste autrichienne

1 039 views

featured

()

Il y a des moments dans la vie d’un homme où il se sent petit, devant un événement dont il saisit toute l’ampleur. C’est dans cet état d’esprit que je me retrouve, seul, devant ma bouteille de Gregorius (je dois être impressionné par le logo ATP qu’arbore fièrement le flacon).

L’arrivée d’une petite nouvelle dans le cercle très fermé des bières trappistes, ce n’est pas anodin, surtout lorsque le produit vient d’Autriche.

C’est ému que j’attrape mon décapsuleur d’une main tremblante. Est-ce le bon jour pour aborder ce breuvage tant prometteur ? Suis-je dans de bonnes conditions pour en apprécier toute la valeur ? Ne devrais-je pas attendre moment plus propice à la complicité et au partage ? Et puis zut !

Je libère d’un geste franc l’opercule qui sépare le liquide monastique du monde des simples pêcheurs. Lentement, la mousse défie la gravité pour rejoindre le goulot. Avec précaution, je répands le contenu dans un verre banal. Pas question ici de le servir dans un calice de Chimay. Ce serait lui mettre trop de pression.

Conseils : Tu veux faire ta bière à la maison ? Jette un oeil à notre GUIDE COMPLET pour t'aider à te lancer dans la fabrication de bière à la maison, choisir ton matériel en fonction de ton espace (maison, appartement...) et de tes envies de brasseur. Voir ce guide 100% gratuit

Il est maintenant temps d’accéder au côté sensoriel des choses. Avec le plus grand respect, je mène le fluide à mes lèvres. Ce qui me saute aux papilles, c’est l’intensité des arômes. Le côté rôti est plaisant, toute comme la noisette grillée voire le café qu’on décèle. Une lègère amertume ne laisse plus de doute : on est bien en présence de quelque chose qui rappelle le stout.

Sans avoir l’air d’y toucher, cette brune titre quand-même 9,7% d’alcool. Par son approche particulière, l’abbaye d’Engelszell se réserve une place de choix dans la famille des bières trappistes. J’ai hâte de goûter à sa petite soeur ambrée Benno

 

Article connexe : Gregorius et Benno, les 2 petites nouvelles trappistes – Abbaye autrichienne Engelszell

Cet article était-il utile ?

Cliquer sur une étoile pour voter

Note moyenne / 5. Votant

No votes so far! Be the first to rate this post.


Nouveau: une question sur la bière, le brassage ? Pose ta question aux beermen !

A propos de Vincent

Vincent n’est pas un comique, encore moins lorsqu’on aborde la thématique brassicole. Voir la description complète de Vincent→

1 commentaire to “J’ai (enfin) goûté la Gregorius, la nouvelle trappiste autrichienne”

  1. Jerrica Saldvir a dit :
    août 5, 2013 at 10:19

    Its like you learn my thoughts! You appear to know so much about this, like you wrote the e-book in it or something. I think that you could do with a few p.c. to power the message house a little bit, however other than that, that is wonderful blog. A fantastic read. I’ll certainly be back.

Répondre